un risque de pénurie d’engrais, estime Yara


Delphine Jeanne

Terre-net Media

If the French plants of Yara, the world leader in nitrogen mineral fertilizers, are running fully, the risk of shortage exists, explains the group, since the French market imports 60% of its needs, in a context where the price of gas has soared. a constraint un certain nombre d’usines européennes à fermer. Une situation qui rend d’autant plus urgent le soutien des pouvoirs publics pour permettre aux industriels du sector de réalises les investissements necessaires à la decarbonation.

Nicolas Broutin, president of Yara France, and Delphine Guey, director of public relations, on September 20 in Paris.Nicolas Broutin, president of Yara France, and Delphine Guey, director of communication, public affairs and social engagement, on September 20 in Paris. (©Terre-net Media)

Avec une augmentation des costs de l’énergie de l’ordre de + 500% for electricity and + 341% for gas Between 2021 and 2022, the production of ammonia in Europe will not allow more competitive fertilizers, explains Nicolas Broutin, president of Yara France, who held a press conference on September 20. Aujourd’hui, le coût de production d’une tonne d’ammonia est de 2 500 à 3 000 dollars, « alors que cette même tonne vaut 1 300 euros sur le marché international », poursuit-il. Therefore, 65% of the productions of the norvégien group are on hold in Europe, “pour une durée indéterminée”.

En France, les usines tournent à plein

L’importation d’ammonia, mainly depuis Trinidad, l’Amérique du Nord ou l’Australie, permet aux trois usines de Yara de funcionaire en France. Nevertheless, « la France importe 60 % de ses engrais », rappelle Nicolas Broutin. “La pénurie est possible”, explain-t-il, car si la production se pursuit en France, elle s’arrête ailleurs, par exemple en Belgique, où l’usine du Tertre va stopper ses activités dans les prochaines jours. Or, it supplies 20 to 25% of Yara fertilizers on the French market, Yara representing a total of 45% of the French mineral market. Sans compter que des problèmes logistiques s’ajoutent, avec d’importante difficulties à trouver des camions pour le transport.

An appeal to support the sector

Après l’emballement du market en 2021, following a loss of production capacity linked to the health crisis, and a well-orientated grain market, the war in Ukraine has caused the prices to rise again, “and la perspective reste ferme “, added the president of Yara. “Ce qui pourrait le corriger, ce serait de la destruction de demande”, he explains, par exemple dans les zones d’élevage où les producteurs, fragilisés par la secheresse, n’auraient plus les moyens d’acheter de l ‘nitrogen. Une baisse de la demande qui serait de l’ordre de – 15 %, selon Yara. Or, « c’est de la production alimentaire qui disparait », alerte Nicolas Broutin, qui appelle les pouvoirs publics à support les segments fragilisés de la production agricole, mais aussi l’industrie des engrais sur le long terme. “Let’s build support in the temps of this industry, let’s avoid collapse in the months to come,” he warned.

Support the industry to accelerate decarbonization

Car l’augmentation des importations a des conséquences sur l’empreinte carbone et la souveraineté alimentaire. C’est en effet l’urée qui représente les trois quarts des engrais importés, or son efficacité agronomique est inférieure à celle de l’ammonitrate, et la production de ces engrais importés est moins vertueuse qu’en France.

« Our activities are considered problematic but nous, nous disons qu’il ya enormément de solutions, dont une partie est déjà mise en place, pour la decarbonation, since 20 years. L’industrie peut aller plus loin, si elle peut continuer à investir », insists the president of Yara France.

Une décarbonation qui s’accelère

La crise énergétique reinforce d’ailleurs ce besoin d’accelerante les alternatives. Yara has put in place several solutions to produce 100% decarbonized fertilizers by 2030. At the site in Montoir-en-Bretagne (Loire-Atlantique), emissions have been reduced by almost 100% thanks to catalytic cleaning technologies allowing d’evitar l’émission de protoxyde d’azote.

La production d’hydrogen vertà partir de l’électrolyse de l’eau et via l’utilisation d’énergies rénovéables, devrait également se massifier, d’autant plus que les prix actuels de l’énergie ont considerably réduit le différentiel de compétitivité de cette technologie. The deployment is planned in Norway in 2023.

Cependant, ces nouvelles techniques doivent aller de pair avec une réduction des usages. “On doit to save”, être plus efficace, estime Nicolas Broutin, pour qui les outils de precision doivent se généraliser. Aujourd’hui, « 85 % of the blues font l’objet d’une fertilisation sans ce pilotage qui permet de verifier en permanence que les nutriments appportioned bien aux besoins de la plante », regrette-t-il. Yara proposes ainsi plusieurs solutions pour amelioration l’efficacy de l’utilisation des nutriments au regard de la rentatité économique mais aussi de l’empreinte carbone (AtFarm, Yara N-Tester, Yara N-Sensor, notably).

© Tous droits de reproduction réservés – Contactez Terre-net

Leave a Reply

Your email address will not be published.