The editor of “Gamekult” resigned after the purchase of the site by Reworld Media

Capture d'écran de la vidéo d'annonce de la rédaction de « Gamekult », judi 17 novembre.

Plutôt que de devoir se plier au nouvel actionnaire, la rédaction de Gamekult préfere quitter le navire. Les journalists du site spécialisé dans les video games ont announcement, judi 17 novembre à l’occasion d’un live sur Twitch, que la quasi-intégralité de la rédaction allait demissionner.

« We are here to announce the departure of the editor, which will be effective from December 7, Nicolas “Puyo” Verlet explained to the editor-in-chief. Cela concerne la quasi-integralité de la rédaction étendue : the editors, the JRI, but also our freelancers. (…) C’est une réflexion que l’on conduit depuis plusieurs mois, depuis l’annonce du rachat. N’imaginez pas que l’on part sur un coup de tête. »

At the end of the month of June, Gamekult a appris que son actionnaire, TF1, cédait son pôle de média numérique, baptisé Unify, et dont fait partie le titre, au groupe Reworld Media. L’équipe du site profite de l’ouverture de la clause de cession pour quitter l’entreprise. Au total, ce sont donc neuf journalists en CDI – soit la totality des titulaires –, dont le rédacteur en chef, et ten-sept des ten-neuf pigistes qui ont decided de quitter la rédaction.

Read also: « What characterizes the press of video games is the precarity, the influence and the pressures »

La clause de cession est une spéficicité liée au statut de journaliste qui s’active à la suite d’un rachat ou d’un changement d’actionnariat. It allows the journalists concerned to quit the company while retaining their rights to unemployment and benefiting from a variable indemnity according to the number of years passed within the editorial team. Le changement d’actionnaire de Gamekult a été rendu effectif le 18 octobre et les salariés ont été informés de l’ouverture d’une clause de cession le 28.

Un site historique du sector

Almost five months after the purchase announcement, the Reworld Media group has not yet clarified its ambitions regarding its new acquisition. « Nous attend toujours la strategy de Reworld, regrette Karyl Ait Kaci Ali, representant du personnel au sein de l’entité Unify Tech, une branche d’Unify qui regroupe les rédactions spécialisés dans les video games et nouvelles technologies, dont fait partie Gamekult. En dépit des meetings que nous avons pu avoir, nous n’avons toujours pas d’éléments clairs concernant les plans de développement d’Unify. » Contacté, le groupe Reworld Media n’a pas donné suite aux solicitations du Monde.

Read also: TF1 cede à Reworld son pôle de médias numériques Unify

Gamekult a été fondé en décembre 2000 et se présentait comme l’un des premiers magazines en ligne spécialisé dans les video games en France, se reposant only sur ses publications sur le Web. In the ranking of video game sites established each year by the French Agency for video games (AFJV), Gamekult décrochait en novembre 2012 la deuxième place derrière Jeuxvideo.com. The site, tombé depuis à la quinquième place, a connu severalis shareholderes au cours de son existence, passant de LDLC à Cup Interactive puis Newen, avant de tomber dans l’escarcelle de TF1. Gamekult s’était alors retrouvé intégré au sein d’Unify.

The announcement of the new actionnaire has already caused the departure of journalists within the other sites of the group, particularly in the Unify Tech branch. Unify possesses, outre Gamekultles sites Les Numériques, Cnet France, ZDNet, Aufeminin, Marmiton et Doctissimo. Contrary to the other editorials of the group, Gamekult a choisi en 2015 de proposer un abonnement payant visant à financer des articles et des enquêtes sur le sector. Le site comptait en début d’année un peu plus de 12 200 subscribers.

Created in 2012, Reworld Media has based its strategy on the acquisition of numerous press magazine titles – it already has for example Grazia, Maison & travaux ou Autoplus – et la réduction des costs de production, parfois en profitant du départ des journalists pour réduire le nombre de posts. The group already faced a similar situation in 2019 when it bought the Mondadori group in France: the number of journalists from the editor Science & Vie avaient alors choisi de prendre la clause de cession et étaiten partis fonder le magazine scientifique Epsilon.

Read also: Article reserved for our subscribers Reworld Media claims 1.2 million euros for “Epsiloon” magazine

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *