Produire de l’hydrogen avec des éoliennes en mer, l’incroyable pari de Lhyfe au large du Croisic

Anchored in the port of Saint-Nazaire, Sealhyfe, l’électrolyseur de Lhyge, le producteur d’hydrogen vert (grimpé sur la plateforme houlomotrice Wavegem conceivée par la société nazairienne Geps Techno) will join au printemps prochain le huleux et venteux site d’essais en mer Sem-Rev, situé à une vingtaine de kilometers des côtes du Croisic.

Un space d’un kilometer carré, concédé par l’Etat, interdit à la navigation et dotée depuis 2018 de l’éolienne flottante Floatgen, connected to the earth, via a hub de connexion situate à thirty mètres de profondeur. « The objective of this operation is to validate the technology of hydrogen production offshore before considering large-scale industrial deployments in the horizon 2024.explained Thomas Créach, directeur technique de Lhyfe.

Au cours des six prochains mois, l’installation aujourd’hui « prête-à-produire », conceived avec l’expertise des Chantiers de l’Atlantique va être testie à quai. « On veut avoir un point de reférence et de comparison dans la management des problématices de marinisation. All modifications of the design and components will be validated when the platform is sent offshore in March or April, when the conditions for access to the test site will be more favorable »ajoute-t-il.

Un enjeu de compétitivité

Ce démonstrateur, connecté au site d’essais Sem Rev par un câble d’un kilometer et demi, restera ensuite en mer durant un an, de manière à valider la reliability du process de production en condition reale, sur une barge qui flotte, bouge … et transmetra l’ensemble des données au siège de Lhyfe à Bouin (85), qui pilotera lui-même la platforme Sealhyfe. Une opération complexe whose studies for cable routing have been entrusted to the bureau d’études spécialisé dans le domaine des Energies Marines Renouvelables (EMR) Kraken Subsea Solutions.

« Potentiellement, les champs éoliens en mer sont 20 à 50 fois plus importants qu’à terre et ofrent deux à trois fois moins d’intermittence »précise Thomas Créach, working with the Chantiers de l’Atlantique depuis un et demi sur la marinisation du process de production, à savoir les moyens de protection de l’environnement salin, la gestion de l’électronique de puissance et l’optimisation des opérations de maintenance à remote pour éviter de rendre sur site. « The corrosion, the shocks, the gusts of wind, the waves of 14 meters, the movement of the cables… There is nothing to see with the production of hydrogen on earth. Et c’est un vrai enjeu de compétitivité pour Lhyfe »recognizes Bernard Alessandrini, coordinator du site SEM-Rev.

« Montrer que c’est faisable et faisable tout de suite »

Cet apprentissage aura permis à Lhyfe d’appréhender les problématices de l’offshore, de la pose du câble à l’obtention des permits, pour des opérations jusque-là non cadrées, jusqu’à la production d’hydrogen en mer. Une première mondiale.

« Nous avons mené un gros travail de fond avec les organismes étatiques. Ce qui va nous permettre, ensuite, d’aller plus vite sur les projets de taille industrielle », estime le directeur technique de Lhyfe, qui, avec les Chantiers de l’Atlantique, a développement un concept d’une platforme de 100 MW, qui peut être fabriquée à Saint-Nazaire. « L’enjeu maintenant est de demonstrer que c’est faisable et faisable tout de suite, de manière fiable et robuste même dans des conditions ultra sévére».

Un enjeu financier de taille aussi pour des plateformes chiffrées à plusieurs centaines de millions d’euros. Sur un marché où l’on consomme encore 80 million de tonnes d’hydrogen gris, destiné à être replaced, Lhyfe se dit “Convinced that the way of production of renewable hydrogen in the sea is a solution perfectly appropriate for the deployment of the massif of hydrogen.” Lors de son entrée en bourse en mai dernier, l’entreprise avait anounced se fixer comme objectif une capacité installede totale de 55 Megawatts d’ici 2024 à partir d’unités à terre only; de 200 MW en 2026, et d’un pipeline de projets de 5GW. « Nous voulons ajouter 3GW avec les projets offshore à l’horizon 2030-2035 », Indicé le directeur technique de Lhyfe, dont le modèle économique vise à investier et déployer les projects d’électrolyseurs en Europe.

Quelque 90 dossiers are in progress. In this sense, the company is about to open a sixth branch in Newcastle, in the North of the United Kingdom, to support its development on the markets of the North of Europe (the United Kingdom, Germany, the Netherlands, Belgium …). « En Europe, de nombreux countries have doubled or tripled their ambition sur l’éolien offshore. En début d’année, Emmanuel Macron annonçait viser 40 GW en 2050 avec l’éolien en mer. In Scotland, we have passed the goal of 6GW in 2030 to open zones to offers of more than 15GW »observe Thomas Créach.

Lhyfe, cette start-up française qui se voit en géant mondial de l’hydrogen rénovéable

____________

ZOOM – La structuration des sites d’essais dans une fondation

Voulu par l’Ecole Centrale de Nantes il ya quinze ans pour tester les technologies EMR en conditions reales, le site d’essais en mer Sem-Rev s’apprête à entrer dans une nouvelle ère alors que les 4 sites d’essais en mer français (Sem-Rev au Croisic, Paimpol-Bréhat exploited by EDF pour les hydroliennes, Sainte-Anne du Portzic managed by l’Ifremer pour des prototypes de faibles capaciés et Seeneoh, à Bordeaux), pour des projets de centrales hydroliennes fluviales) should se réunir d’ici la fin de l’année au sein de la foundation Open-C (Offshore Power and Energy Network Center).

Basée à Nantes d’abord, dans les locaux de l’Ecole Centrale, celle-ci devrait déménager dans ses propres locaux d’ici la rentrée 2023. “This will be the one that will structure, pilot and animate the whole of the industry with its own effectif, transferred from the sites of essays or recruitments to come”. Created by ten founding members (Ecole Centrale, Ifremer, Technip, EDF, RTE…), Open-C will benefit from an operating budget of 80 million euros over ten years to accompany 300 to 400 million euros of projects. Celle-ci could also rapidly accommodate the Mistral trial site in Marseille and another site in the course of localization allowing to host multiple installations of 10 to 20 MW, or 50 to 100 MW.

Bridé depuis sa création à 3.5 MW par Enedis en raison du sous-dimensionnement des installations terrestres, le site Sem-Rev projette lui un investissement de 40 à 45 million d’euros au cours des quatre prochaines années pour exploiter nowreis pleinneme les 10 MW du câble export déposé en 2012. Baptisé Sem-Rev 2.0, il permittre l’exploitation d’une deuxième éolienne dès l’été prochain et la creation de sous-stations satellites qui offriront des prises de connexions en surface pour l’accueil de projets de moindre envergure, comme ceux de Lhyfe ou d’autres, autour du photovoltaicaïque flottant. Sem -Rev 2.0 should also be accompanied by an exhibition center on EMR and an incubator for companies dedicated to this sector.