pourquoi le film en tête du box-office a failli ne pas sortir en France

Il est difficile de résumer l’histoire du film “Everything everywhere all at once” sans gâcher une partie du plaisir de le découvrir. Disons donc, en résumé et sans rien divulgâcher, que ce ce long-métrage, réalisé par Daniel Kwan et Daniel Scheinert (“The Daniels”, en duo), nous emmène dans la vie d’une mère issue d’une famille chinoise immigrée aux États-Unis, et d’un monde dans lequel each decision leads to the creation of a parallel universe – et où certains peuvent créer des ponts entre ces univers.

Plus de 100 million de dollars de recettes mondiales

This variation on the theme of “multiverse”, avec Michelle Yeoh (connue pour “Tiger and dragon“and”Memoirs of a geisha“), Stephanie Hsu and Jamie Lee Curtis, est en tête du box-office en France ce mardi après son premier week-end d’exploitation : entre mercredi dernier et lundi, 110 494 personnes l’ont vue en salles. C’est un peu plus que “La degustation“, aussi sorti mercredi dernier, ou “Bullet Train“, en salles depuis cinq semaines. Au box-office mondial, “Everything everywhere all at once” a déjà collecté plus de 100 million de dollars de recettes.

To view this Twitter content, you must accept cookies Social networks.

Ces cookies permettent de partager ou reagir diremente sur les réseaus sociaux to which you are connected ou d’integrate du contenu initially posté sur ces réseaus sociaux. Ils permettent aussi aux réseaus sociaux d’utiliser vos visits sur nos sites et applications à des fins de personalisation et de targeting publicitaire.


L’histoire de ce film, c’est celle d’un projet indépendant qui doit beaucoup au bouche-à-oreille. Annoncé dès 2018, son tournage n’a commencement que début 2020, le temps d’accumuler les financementants, with a modest budget for an action film: 25 million dollars.

À titre de comparison, l’autre film de l’année qui repose sur le concept de “multivers”, “Doctor Strange and the multiverse of madness“, produit par les studios Marvel (donc par Disney) et sorti en mai dernier, a un budget huit fois supérieur – 200 million de dollars – et a rapporté 955 million de dollars. Result, les réalisateurs ont rivalisé d’inventivité pour donner une dimension cosmic à un film dont la très grande majority des scènes sont tournées dans une laverie et dans un immeuble de bureaux.

To view this YouTube content, you must accept cookies Publicity.

These cookies allow our partners to offer you advertisements and personalized content based on your navigation, your profile and your interests.


Un film porté par le bouche-à-oreille

Surtout, le film est produit par A24, une jeune maison de production et de distribution de cinéma indépendant fondée il ya ten years à peinemais qui en peu de temps s’est fait un nom dans le monde du ciné avec des films salués par la critique et dans les festivals: sa première production, “Moonlight” In 2016, it won the Oscar for the best film of the following year. Among the films distributed by the company, there is also Sulfurous”Spring Breakers“d’Harmony Korine,”The Bling Ring” by Sofia Coppola, you”Swiss Army Man“, avec Daniel Radcliffe, déjà réalisé par les Daniels. Ses films sont réguelle des succès critiques, moins souvent commericals.

Le film n’était à l’origine destiné qu’à une dizaine de salles aux États Unis, et à courir les festivals de cinéma de genre. C’était sans compter sur le bouche-à-oreille qui a permis au film de prendre de l’ampleur pour devenir un phénomène outre-Atlantique, projeté dans 1800 salles américaines, avant de s’export dans le world. Au total, “Everything everywhere all at onceest le premier film du studio à dépasser les 100 million de dollars de recettes.

To view this YouTube content, you must accept cookies Publicity.

These cookies allow our partners to offer you advertisements and personalized content based on your navigation, your profile and your interests.





4 min

A24, distributor compliqué pour la France

Et en France? C’est plus compliqué. Le film vient de sortir, alors même qu’il est sorti en salles en mars aux États Unis, et un peu partout ailleurs dans le monde depuis. Longtemps, le film a failli ne pas être distribué en France – et beaucoup d’amateurs et d’amatrices l’ont vu de façon illegale, pensant qu’il ne sortirait pas dans contrées.

Car les films d’A24 sont plutôt rares en salles en France : d’après le magazine spécialisé Ecran Large, the studio has a tendency to raise auctions for the distribution of its auteur films in France, a country renowned for cinéphiles – but where its films have few entrances to the cinema. Le risque pour les distributeurs français est fort sur ces films.

To view this YouTube content, you must accept cookies Publicity.

These cookies allow our partners to offer you advertisements and personalized content based on your navigation, your profile and your interests.


Il ya un précédent : l’an dernier, “The Green Knight” de David Lowery, un autre film A24, n’est pas sorti en salles en France, il est diremente sorti sur Amazon Prime Video – au grand dam des aficionados chez qui l’attente de ces films était très forte. Except that among the three previous films of the director, two of them had less than 20,000 entries in France, the third less than 300,000 while it was produced by Disney (the “live action” version of “Peter and Elliott le Dragon”).

Sortir le film au meilleur moment

Pour les mêmes raisons, two films A24 sortis ou prévés this year, “X” and “Bodies Bodies Bodies”, n’ont toujours pas de distributor en France.

To view this YouTube content, you must accept cookies Publicity.

These cookies allow our partners to offer you advertisements and personalized content based on your navigation, your profile and your interests.


Ainsi, “Everything everywhere all at once” a trouvé un distributor indépendant français, Originals Factory, mais celui-ci a fait le choix de retarder sa sortie pour le placer à la fin de l’été, une période plus propice pour ce genre de films, et tenter d’attirer plus de public. In the same way, the film was optimized to be released in rooms equipped with IMAX and 4DX technologies, which takes time.

Un pari lui-même risqué, car entretemps le piratage du film progressait. “Évidemment, on travaille sur le sujet du piratage, mais cela fait aussi monter la reputation du film“, explains the founder of Originals Factory, Tristan Dulaz, in an interview pour le magazine spécialisé en ligne Ecran Large. In total, the film was released in 365 rooms in France.

Leave a Reply

Your email address will not be published.