Polemique : le magazine Marianne tried to explain eSport et devient la risée de Twitter

Vous en avez peut-être entendu parler, le magazine Marianne a publié un article sur l’eSport … qui a parfois fait rire, parfois atterré, les spécialists du domaine sur les réseaux.

Polemique : le magazine Marianne tried to explain eSport et devient la risée de Twitter

Un article baptisé “Le ‘e-sport’, un sport comme un autre ?” published par Marianne et signé Jérémie Peltiera suscité de vives réactions sur Internet. Beaucoup estiment qu’il s’agit d’un article missing de rechercheset écrit avec une certain condescension. Surtout, ces observateurs espéraient qu’en 2022, on n’en était plus là …

Pendant très longtemps, voir parler les médias traditionnels de jeu vidéo était compliqué pour les fans. Depuis quelques années, et notably grâce à des médias généralistes qui en parlent très bien sur Internet, à la democratization of video game dans toutes les sphères sociales et générationelles, à la place que cette industrie a pris dans l’économie mondialeil semble que le treatment du jeu vidéo dans les médias mainstreams soit de plus en plus pertinent et fait avec respect. Mais si on en croit les réseaus sociaux, les articles plein de clichés et écrits sciemment à charge n’ont pas disparuils se sont seulement déplaced vers l’eSport …

L’eSport, un sport ? Un débat que n’ont plus vraiment les spécialists

Le titre lui-même poses déjà question, tant la formulation “Le e-sport” semble forcée, alors que l’extrème majority des gens qui usen ce terme en français disent simplement “l’eSport” voyelle après “le” transforme ce dernier en “l'”). Quand on lit l’article, on retrouve d’abord l’eternel débat sur la différence entre traditional sport et eSportdans un contexte de JO à Paris en 2024, et d’événements eSport announced by the President of the Republic. Un débat que n’ont plus vraiment les spécialists d’eSport depuis un moment déjà.

En effet, il ya ceux qui estiment que c’est un sport comme un autrepuisk’il ya des entraînements intensifsdes périodes d’euphorie et de doutequ’il ya carrément des préparateurs mentalaux, mais aussi physiquesque les joueurs pros ont tous ou presque des physiques très entrenus pour tenir la cadence des matches, le cardio necessaire et sont capable de supporter une forte pressure.

Et il ya ceux qui estiment que It’s a different sport from traditional sportsqui n’a pas besoin de se comparer, ou d’être validé par ceux-ci. Rappelons que Chess is considered a sport et que des sports présents aux JO tels que le golf ou le tir à l’arc / le tir sportifsont des Disciplines sportives qui demandent plus de capacités mentales (notamment de precision, qu’on retrouve en eSport) que purely athlétiques. Autrement dit, les avis divergent, mais on ne débat plus de l’appellation “sport”chez ceux qui s’y knowen.

Attaque envers l’eSport … ou les jeux vidéo ?

Ajoutons que l’article fait très vite une confusion : mélanger pratique du jeu vidéo et eSport. En effet, quand on lit des passages tels que celui ci-dessous, on comprend rapidement que l’auteur mélange les deux activités.

Car evidently, vous le voyez venir gros comme une maison, tout cela est du sport. Bah oui. Du sport. C’est bien connu. Tout le monde fait du sport sitting on a chaise sans bouger or dans un canapé. C’est bien connu que le fait de regarder un écran sans clinker des eyes, c’est du sport et de la résistance physique. Oui, c’est bien connu. On va nous explicer que le e-sport, c’est super car ça développe plein de compétences. De l’esprit d’équipe, un sens tactique, des réflexes. Bah oui. Et comme c’est du sport, c’est forcément bon pour la santé (car le sport, c’est a priori bon pour la santé).

Si vous avez déjà vu un joueur compétitif, sans même parler d’un professionnel de l’eSport, vous savez qu’aucun n’est dans son canapé et aucun n’est realtement immobile. On voit là la confusion avec la pratique loisir du jeu vidéoqui n’a pas grand chose à voir avec la pratique eSportive et encore moins dans un cadre professionnel.

Polemique : le magazine Marianne tried to explain eSport et devient la risée de Twitter

The rest of the paragraph nous parle de Santéalors qu’on sait que la pratique du sport à très haut niveau n’est pas vraiment bonne pour la santétant les injuries pendant la career, et les consequences post-career professionnelle sur le corps, peuvent être désastreuses (des damage au cerveau dans le rugby, le football américain, des damage à la colonne vertébrale en gymnasticsique, etc …). Il n’est en aucun cas question de douter du bienfait d’une activité physique sur la santé : c’est evident ! En revanche, le sport professionnel consiste très souvent à demander à son corps de faire plus que ce qui semble bon pour lui.

L’eSport, mauvais pour la santé ?

Le reste de l’article continue à parler des problèmes de santé qu’apporterait, selon le magazine, l’eSport : myopia, baisse des capacity pulmonaires dûe à la sédentarité engenderée par l’exposition aux écranes, obesityetc … Là encore, cela peut être pertinent pour parler de pratique videoludique de loisir, surely pas d’eSport professionnel. Once again, les joueurs pros s’entraînent physiquement chaque jour pour être au top de leur forme selon l’adage bien connu : un esprit sain, dans un corps sain. Là encore, en total contradiction with the last paragraph of the article qui nous explique que les jeunes n’ont plus le temps de faire du sport et que c’est à cause de l’eSport.

un jeune sur quatre agê entre 16 à 25 ans déclare faire peu d’activités physiques ou sportives (moins de trois fois par mois), voire aucune, et que parmi les raisons voquéées, le manque de temps arrive en tête

Or, un jeune sur quatre ne pratique pas d’eSportc’est une toute petite poignée de joueurs, une élite.

Polemique : le magazine Marianne tried to explain eSport et devient la risée de Twitter

Un article très mal perçu qui prend les joueurs de haut?

C’est sans parler des phrases ultra-condescendingantes comme :

Nous ne nous étalerons pas sur l’excellent impact que l’on peut attendre du e-sport sur la concentration, la mémorisation et la capacité de nos adolescents à avoir plus de 500 mots de vocabulaire. Je pense que les bienfaits seront visible dans un bref délai.

Marianne associe donc clairement pratique eSportive et manque de vocabulaire. Encore une fois, “nos adolescents” jouent aux jeux vidéo, mais ne sont pas des joueurs professionnels d’eSport. Ajoutons à ça le mépris de classe de la phrasedisant clearly that qui joue aux jeux vidéo ne connait pas la langue française et implicitement que qui manque de vocabulaire est bête.

An article that would have served as a vector of explanation d’une nouvelle discipline compétitive pour un public qui ne la connait pas ou peu, devient un article despisant. D’ailleurs, même Marianne ne fait pas l’effort pédagogique et explicatif qui devrait venir naturellement avec ce genre d’article, puisque, d’après eux, “on s’en fout”.

Vous n’avez rien compris? Vous ne savez pas ce que sont les Major Counter Strike ni les TrackMania Games? On s’en fout.

Des réactions en chaîne sur Twitter

Vous vous en doubtez les réactions des internautes ont été rapides et – pour certaines – furieuses. D’abord, pour tous les amalgames et autres confusions de l’article : différencer video games and eSports, c’est le premier point, mais pas seulement. L’article met dans la bouche des fans d’eSport des avis qu’ils n’ont pas tous, et parfois des avis pas vraiment majoritaires. On en parlait plus haut, beaucoup des fans consider eSport comme un sport, mais pas un sport traditionnel. Surtout, l’article dit ceci :

Car evidently, les adeptes du e-sport veulent participate aux Jeux olympiques dans le futur. Car evidently, vous le voyez venir gros comme une maison, tout cela est du sport.

Une autre erreur classique. Car les fans d’eSport veulent leurs Jeux Olympiques, pas vraiment participer aux JO classiques. C’est Marianne qui le dit, pas les “adeptes” dont ils parlent.

Polemique : le magazine Marianne tried to explain eSport et devient la risée de Twitter

Read also:

Source: Marianne

L’article de Marianne a donc manqué l’occasion de poser de véritables pertinentes sur l’eSport et s’est contenté d’enchaîner les clichés que l’on pourrait qualifier de medisants sur le jeu vidéo. Il n’en fallait pas plus pour avoir ce genre de réactions…

Leave a Reply

Your email address will not be published.