Nouvelle forte baisse en Europe, la peur de la recession dominate – 23/09/2022 à 18:25

Un homme passe devant la plaque de rue de la Bourse, près du Palais Brogniard, à Paris.

Un homme passe devant la plaque de rue de la Bourse, près du Palais Brogniard, à Paris.

PARIS (Reuters) – The European stock markets ended a new strong fall on Friday and Wall Street lost around 2% at mid-session, the threat of more and more precise recession inciting investors to abandon risky assets while que le dollar continue de profiter de la hausse des taux américains.

In Paris, the CAC 40 posted a closing decline of 2.28% (135.09 points) to 5,783.41 points, the lowest since March 2021. In London, the FTSE 100 lost 1.97% and in Frankfurt , le Dax a abandonné 1.97%.

The EuroStoxx 50 index ended down by 2.29%, the FTSEurofirst 300 by 2.29% and the Stoxx 600 by 2.34%, au plus bas depuis décembre 2020.

Au moment de la cloture en Europe, Wall Street creusait ses pertes, le Dow Jones cédant 1.91%, au plus bas depuis novembre 2020 le Standard & Poor’s 500 2.1% et le Nasdaq Composite 2.09%.

Two days after the declarations of Jerome Powell, the president of the Federal Reserve, leaving the understanding that the latter was ready to drive the American economy into recession to make inflation fall, the first results of the PMI surveys of S&P Global confirmed que l’Europe se dirigeait elle aussi vers une période de contraction de l’activité, voire qu’elle y était déjà entrée.

Dans la zone euro, “même s’il ya des différences d’un pais à l’autre, les vents contraires sont les mêmes pour toutes les économies du bloc: une demande qui s’affaiblit avec la degradation du pouvoir d’achat sur fond d’inflation élevé et de deterioration de la demande mondiale”, summarizes Katharina Koenz, économiste senior d’Oxford Economics.

In the United States, Goldman Sachs lowered its target for the S&P 500 by 16% at the end of the year, to 3,600 points against 4,300, which implies a further drop of almost 5% by the end of December.

Dans une note régédée au lendemain des annonces de la Réserve fédérale, David Kostin, analyste de la banque américaine, explains that “a majority of investors in actions have adopted the point of view that a brutal landing scenario is inevitable, and leur priorité va au calendrier, à l’ampleur et à la durée d’une possible recession ainsi qu’aux stratégies d’investissement pour ce scénario”.

De son côté, Bank of America, dans son hebdomadaire sur les flux d’investissement, underlines that the markets are still far from ending with the shocks linked to inflation, la hausse des taux et la récession.

Sur l’ensemble de la semaine, le S&P 500 affiche pour l’instant un repli de plus de 4.5%. In Europe, the Stoxx 600 lost 4.37% in five sessions and the CAC 40 lost 4.84%.

VALUERS

Tous les grands sectors de la cote européenne ont fini la journée dans le rouge, mais les recols les more marques sont pour celui de l’énergie, which l’indice Stoxx a cédé 5.87% et celui des matières premières (-5.68 %), with the drop in oil prices and base metals (-3.3% at the end of the session for copper, -5.1% for nickel).

The banking sector of the euro zone, on the other hand, has lost 3.44%: aux fears of recession are added to the information from Reuters according to which the ECB is studying the way to limit the cost of interest that it pays to credit institutions on leurs réserves excédentaires.

Credit Suisse, on the other hand, fell by 12.4% and recorded a historical plus, the market threatening a new increase in capital.

En hausse, M6 still has a price of 8.09%, while RTL Group attended today les offres indicative of the purchase of its participation of 48.3%.

CHANGES

Sur le marché des devises, la suprématie du dollar s’accentue avec les signes d’une recession en cours ou très proche en euro zone comme au Royaume-Uni.

L’indice qui mesure ses fluctuations par rapport à un panier de reférence, en hausse de 1.21% sur la journée, est au plus haut depuis May 2002 et se dirige vers sa plus forte progression hebdomadaire depuis March 2020, un gain de près de 2.7%.

The euro, au contraire, touched a new low of 20 years at 0.9726 dollars (-1.13%) and the livre sterling a new low of 37 years at 1.0995 dollars (-2.97% ).

La vise britannique souffre en effet de la presentation du plan de lance du gouvernement Truss, qui implétes un net creusement du deficit budgetary et une augmentation de la debt publique.

TAUX

Les annonces du ministre britannique des Finances ont aussi favorisé une nouvelle poussée des rendements souveraines britanniques, qui ont entrainment dans leur sillage ceux de la zone euro.

Le deux ans britannique a bondi de près de de 50 points de base pour dépasser breèvement 4% et son équivalent german a franci en séance la barre de 2% pour la première fois depuis fin 2008, avant de revenir à 1.909%.

Sur le marché américain, le deux ans est en hausse de seven points à 4.1925% et le dix ans de trois points à 3.7265%.

PETROL

The oil market has increased its losses a fil des heures between fears of degradation of the demand and appreciation of the dollar, and it is now moving to the plus low since mid-January: the Brent abandoned 5.03% to 85.91 dollars per barrel and le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) is up 5.94% at 78.53 dollars.

L’essence et le diesel lose aussi plus de 5% sur le marché américain.

(Edited by Marc Angrand)

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.