Les baissiers ont pris le pouvoir en Bourse, le Cac 40 entre en « bear market », Actualité des marchés

Mauvaise séance, et mauvaise semaine sur les marchés d’actions. The CAC 40 fell by 2.27% on Friday, falling below the threshold of 5,800 points (5,783.41 points), with a volume of exchanges of 3.7 billion euros. Sur la semaine, l’indice phare chute de 4.84%, son plus gros repli hebdomadaire depuis le mois de juin, et sur l’année, il abandonne nouvelles 19%.

Par rapport à son pic de 7,384.86 points du janvier 5, il perd nevertheless 21.6%. Un tel mouvement de baisse de plus de de 20% par rapport à un dernier plus haut corresponds à la définition d’une entrée en phase de “bear market”, bear market, dans lequel les ours, les vendeurs sur le market, ont pris l ‘ascendant sur les « bulls » ou acheteurs.

Les grands bureaux de recherche semblent, eux aussi, se résigner. « On the basis of our discussions with our clients, the majority of investors in actions have now adopted the point of view according to which a brutal crash scenario in the economy is inevitable, estime Goldman Sachs. Ils tentent d’arbiter leurs positions pour des stratégies qui prennent en compte une entrée prochaine en récession, dont l’ampleur et la durée restent cependant à determiner. » L’expert américain reduced his objective de fin d’année pour le S&P 500, lui aussi en “bear market” et ne vise plus que 3,600 points, contre 4,300 aparauvant et un peu moins de 3,700 points ce vendredi (-1.86 %). The Dow Jones, in repli de 1.67%, fell under the symbolic threshold of 30,000 points, au plus bas de l’année.

Contraction in euro zone

On Wednesday evening, on the occasion of the final meeting of the FOMC, which resulted in the third increase of 75 basis points in interest rates in the United States, the Federal Reserve sent a message that could not be more clear. She is ready to tolerate a recession as the price to pay to control inflation. « The problem with this approach is that it has an undesirable secondary effect of forcing the other central banks to try to follow the rhythm in order to contain the inflationary shock caused by the push of the dollar in relation to their own currencies. », prévient Michael Hewson, chef analyste marché chez CMC Markets.

The Banque d’Angleterre, la Banque de Norvège et la Banque nationale suisse ont ainsi relevé leurs taux d’intérêt yesterday, tandis que la Banque centrale européenne a procédé à une hausse de 75 basis points de également, de ses taux le 8 septembre et que les tours de vis vont sans aucun doute se pursuivre, au risque de provocare une entrée en recession, peut-être d’ailleurs déjà en place.

C’est ce que semblent indicare les indices PMI préliminaires de septembre publiés ce matin par S&P Global pour la zone euro, qui ont reculé de respectively de 1.6 point à 48.5 dans l’industrie et de de 0.9 point à 48, 9 dans les services, marquant ainsi des plus bas de respectively 27 et 19 mois. Le seuil des 50 points marke la frontière entre growth et contraction de l’activité. « Une recession dans la zone euro se se profile, les entreprises de la région ayant signalé une égradation de la conjoncture ainsi qu’une aggravation des tensions inflationistes, liée à la la flambée des prices de l’énergie », wrote Chris Williamson, chief economist at S&P Global. Et d’agouter que « Those responsible for monetary policy are faced with a more and more difficult challenge to overcome: control inflation while avoiding a brutal crash in the economy. ».

Speculation sur M6

Dans ce contexte, la quasi-totalité des composantes de l’indice ont fini dans le rouge ce vendredi. A beginner par les grandes industrielles que sont Renault, Stellantis, Michelin ou ArcelorMittal. Même Thalesporté cette semaine par le retour sur la scène de Vladimir Putin, a lâché plus de 5%. TotalEnergies a lâché 4.9%, autant que le baril de Brent, de retour sur les 86 dollars.

Les banques ont de leur côté été plombées par Credit Suisse, qui a touché un plus bas historique à Zurich, après avoir teste des investisseurs en vue d’une augmentation de capital, selon des sources cited par Reuters. A Paris, Société Générale a perdu 3.9%, Crédit Agricole et BNP Paribas plus de 2%.

La hausse du jour est à chercher en dehors de l’indice. M6 a bondi de 8.1% à la suite d’un article du quotidien italien La Stampa according to which the media group MediaforEurope, of Silvio Berlusconi, will present a non-binding offer in cash on 48.3% of the capital of the audiovisual group sold by Bertelsmann.


Leave a Reply

Your email address will not be published.