le vrai-faux problème de la fin tant détestée, selon l’équipe

Apparently, personne n’aime la fin de Game of Thrones. Pas même Miguel Sapochnik, l’un des réalisateurs de la série, et également executive producer and réalisateur sur House of the Dragon.

Il ya peu de consensus dans la vie. On sait par exemple que tuer son prochain c’est mal (même si c’est parfois tempting), que le dernier opus de la trilogie Jurassic World est un joli modèle d’indigence, ou encore, que le final de Game of Thrones est l’une des pires choses qui soit arrivée ; non seulement à la série, mais plus globalement, à tout le paysage sériel.

Trois ans après la broadcast de l’épisode maudit, les aficionados de la serie fare HBO continent de pleurer des lames de sang, de signer des pétitions et d’enchaîner les séances d’hypnose afin de laver leurs esprits du souvenir de cette ultime saison . Et il semblerait bien que les téléspectateurs n’aient pas été les seuls à se sentir trahis par l’infâme conclusion, puisque le réalisateur Miguel Sapochnik (qui signé quelques-uns des épisodes les most memorable de Game of Thronescomme La Bataille des Bâtards et Les Vents de l’hiver) a confié ne pas en être très fan non plus.

Attention, spoilers!

Game of Thrones: photoDragon anti-spoils

Inutile de revenir trop en détail sur la petite catastrophe que fut le dernier épisode de Game of Thrones. Si les problèmes furent multiples, le traitement narratif de certains personnages a surtout été pointé du doigt comme coupable principal. Certes, la itième saison ne pouvati nullement prétendre aller taper dans la tête du classification des meilleures saisons de Game of Thronesmais c’est surtout à partir du très largemente décrié épisode Les Cloches (justement réalisé par Miguel Sapochnik) que la série a realmente pris une tournure désastreuse.

Beaucoup de fans ont en effet été abasurdis par la folie soudaine de Daenerys, laquelle décidé brusqueque de se servir des habitants de Port Réal comme charbon à feu de joie. But for Miguel Sapochnik, the real problem is elsewhere.

Dans un entretien accordé au New York Timesthe director and actual producer of the spin-off House of the Dragon ainsi explicable :

Game of Thrones saison 8 : photo, Emilia Clarke“C’est pas ma faute”

“J’ai revu la série du début et à la fin, et on peut voir que la bascule de Daenerys a été prépared très tôt. Donc ça n’était pas surprenant. Ce que j’ai trouvé difficile, en préparant la dernière saison , c’est qu’on avait cette sorte d’épilogue et happy end. Ce n’était pas juste les fans qui avaient du mal avec ça. C’était aussi les gens qui faisiant la série. Ça avait été leur vie pendant un long moment, et d’un coup tout s’arrêtait. Tout le monde déteste les fins.”

Ryan Condal, lui aussi producer exécutif d’House of the Dragona affirmed au cours du même entretien :

“C’était un évènement d’ampleur générationnelle — les gens avaient beaucoup d’attentes sur la direction qu’allait prendre la série et comment elle allait se terminaire. Ça été vécu comme une sorte de deuil de la part des des fans qui ont vécu pendant toute une décennie avec cette histoire. Je pense que beaucoup d’entre eux ont eu du mal à dire au revoir à la série, et les réactions autour du final ont prouvé l’amplitude et la force de la fanbase.”

Game of Thrones saison 8 : photo, Sophie TurnerDes retrouvailles pour certains, des adieux pour d’autres

De fait, Sapochnik ne nie pas que le final de la série manque légmentre de coherence. Nevertheless, la conclusion douce-amère de la série serait moins due à un réel manquement de la part des scenaristes qu’au refus de l’équipe à quitter definitively la série et son univers. Et selon Condal, c’est cette même résistance qui aurait poussé les fans à rejecter aussi violemment la huitième saison.

Pour ce qui est du développement de Daenerys, widely considered comme l’un des échecs majeurs du final de la série, Sapochnik est categorique: la dégénérescence du personnage avait été tétamée très early dans la série, et ses agissements dans les deux derniers épisodes n’ont donc rien de fortuit. Mais bon, ce qui est fait est fait.

Il ne reste donc aux fans de la série originale qu’à noyer leur chagrin en allant regarder le premier épisode d’House of the Dragon (disponible en France sur OCS), lequel bat déjà des records. Et en plus, il est vraiment sympa.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.