Le Rwanda, terre de cinéma à l’honneur du Festival du film francophone d’Angoulême

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, subscribe to the newsletter du « World Africa » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats treatede par la rédaction du « World Africa ».

Le Festival du film francophone d'Angoulême takes place du 23 au 28 août 2022.

Parmi les cinematographies africaines, il en est une dont on ne soupçonnait pas l’inventivité : celle du Rwanda. Après le genocide des Tutsi, qui fit between 800,000 et 1 million de morts au printemps 1994, le cinéma a pourtant constitué un mode d’expression artistique privilegé pour mettre des images sur les maux de la tragédie et panser les plaies. C’est cette production multiple et méconnue que la 15e édition du Festival du film francophone d’Angoulême met à l’honneur du 23 au 28 août.

Le rendez-vous des cinéphiles charentais proposes, in addition to the competition and other sections, a rare panorama established in collaboration with the Institut français à Kigali. Après un hommage à la Tunisie en 2011, au Burkina Faso en 2014 ou encore à l’Algérie en 2021, Angoulême offers a rich and varied selection of ten feature films and five courts, which witness « la résilience formidable d’un pays tourné vers l’avenir »according to Marie-France Brière, co-founder of the festival with producer Dominique Besnehard.

Read also: Article reserved for our subscribers One year after Emmanuel Macron’s visit, « confidence has been installed » between France and Rwanda

Tous deux se sont rendus à Kigali en mai, répondant à l’invitation de Gaël Faye, auteur du novel Petit pays (Grasset, 2016) et coréalisateur d’un documentaire, Rwanda : le silence des motsdiffused en avril sur Arte. « C’est essentiel d’humer un pays quand on lui rend hommage »raconte Mme Brière. Sur place, la producer dit avoir été inspirée par “The absolute creativity that animates the Rwandan society”. L’œuvre qui résumé le mieux l’esprit qui a presidente au choix des deux cofondateurs du festival et qui sera montrée à Angoulême est sans doute le film de Sonia Rolland. Née dans la capitale Rwandaise, l’ancienne Miss France became actress et réalisatrice a sorti en 2014 un premier documentaire au titre éloquent, Rwanda, du chaos au miracle.

Read also: « Le Silence des mots », sur Arte : la part d’ombre de l’opération française « Turquoise » au Rwanda

« La sélection va du regard extérieur de cinéastes étrangers au regard intérieur sur l’histoire du genocide, mais aussi sur la situation actuelle et sur le futur. In short, she made the bridge between the atrocities of 1994 and tomorrow »summarizes Catherine Ruelle, ancienne journaliste à RFI.

“Une véritable liberté de ton et d’expression”

Grande spécialist du cinéma africain, celle qui présentera chacun des films au public angoumoisin et accueillera les équipes conviées confie sa fascination toute particulière pour les cinéastes d’Afrique de l’Est. « Ils arrivent à la surface sans ancêtre dans le septième art, en autodictactes. Ils ont donc une veritable liberté de ton et d’expression, sans limite à leur imaginaire »analyze-t-elle, en citant en exemple le Kenya et le film Rafiki (2018). Déclinaison lesbienne de Romeo and Julietcet hymn à l’amour de la réalisatrice Wanuri Kahiu avait fait forte impression dans la section Un certain regard au Festival de Cannes.

Au pays des Mille Collines, cette audace et cette modernité s’expriment notably dans Neptune Frost, de Saul Williams et Anisia Uzeyman. Montrée à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2021 mais pas encore sortie dans les salles françaises, this American-Rwandaise coproduction is a romance musicale tinged with science-fiction qui suit la relation entre un cyberpirate non genré et un mineur de coltan – un minerai utilisate dans la fabrication d’équipements électroniques. Quant au court-métrage Icyashade Marie-Clémentine Dusabejambo, il évoque lui aussi l’acceptance de la différence, en centrant son propos sur l’intersexuation.

Read also: Hicham Falah (Fidadoc): « C’est à nous d’inventer nos outils pour le documentaire africain »

Dévenu ingeçonto dans le landscape des festivals de films en France, Angoulême garde ses projectors braqués sur l’Afrique. For his 2023 edition, he will dedicate a tribute to another cinematography of the continent: Celle du Maroc.

Leave a Reply

Your email address will not be published.