la photographe star Nan Goldin se met à nu dans un documentaire événement

C’est l’une des plus grandes photographs contemporaines, et sa vie est marquee par les morts : du sida à la crise des opiacés, son dernier combat, le parcours de Nan Goldin est dévoilé like never before in a documentary event presented in Venice.

Signed Laura Poitras, All the Beauty and the Bloodshed est un voyage à travers la vie de la photographe de 68 ans, connue pour ses clichés du New York underground et qui a tant côtoyé la mort. Auprès de la réalisatrice américaine, la photographe se livre encore un peu plus, troquant l’appareil photo pour le micro.

“Nos sessions (d’enregistration) ensemble étaiten comme une thérapie sans thérapeute. J’ai parlé de choses très douloureuses”a esplicé à Venise Nan Goldin, très tôt marquee par la mort de sa sœur aînée, profoundly depressive.
Sur ce traumatisme, le film, en lice pour le Lion d’or, livre les comptes rendus des psychiatrists décrivant une enfant privée de tout soutien avant de sombrer. Il propose un témoignage rare des parents de Nan Goldin, aux allures de couple américain parfait, filmés par cette dernière.

According to les psychiatrists de l’époque, ce n’est pas “Miss Goldin”, la sœur chérie de Nan, mais bien “Mme Goldin”, cette mère défaillante, qu’il aurait fallu soigner. La photographe raconte que le suicide de sa sœur, qui s’est jetée sous les roues d’un train, l’a rendue muette pendant plusieurs mois, et que c’est par la photographie qu’elle a pu s’exprimer à nouveau .

La voix de la photographe, connue pour son travail sur la sexuality et la drug, résonne avec ses photos les plus célèbres, dont la série The Ballad of Sexual Dependencyqui documente les communautés queer dans le New York des années 1970-80.

Nan Goldin lifts the veil on her wounds and her beginnings in the précarité. Elle raconte que c’est en “suçant un chauffeur de taxi en échange d’une course” qu’elle a pu se rendre dans la galerie qui lui achète ses premières photos. Elle dit aussi, pudiquement, avoir dû se prostituer dans une maison close, dont elle se sortira en intégrant un bar tenu par une communauté lesbienne. Elle raconte comment elle a échappé de peu à la mort quand elle aété agressée par un de ses compagnons.

Les dramas ont nourri les combats de Goldin, à beginner par le sida, qui a emporté nombre de ses amis artistes et aussi fait naître de nouvelles forms de mobilisation, mêlant artistes et militants. Un saut dans le temps conduit à l’époque contemporaine, où Nan Goldin a pris la tête d’un combat contre les producteurs d’opioïdes, des antidouleurs qui ont rendu dépendents et tué un demi-million d’Américains ces deux dernieres decennie.

Le documentaire se penche longuement sur ce dernier combat à la David contre Giolath. The photographer, ayant elle-même frôlé la mort à cause de sa dependence, a mis sa notoriété au service de la fight contre la richissime famille Sackler qui a produit l’Oxycodone tout en étant mécène des plus prestigiouseuses culturelles institutions.

“Ma plus grande fierté, c’est que nous ayons mis à noux une famille de billionaires dans un monde où les billionaires have une autre justice que les gens comme nous”a declaré Nan Goldin à Venise, précisant qu’il fallait pursuivre le combat pour “garder en vie” les personnes dépendentes, les “destigmatizer” et les traiter.

La signature de Laura Poitras, journaliste d’investigation confidante des lanceurs d’alerte Edward Snowden et Julian Assange, laissait espérer des révélations sur cet enorme scandale sanitaire. Il n’en est rien mais le film comporte tout de même quelques séquences inédites, of which the most forte is the capture of the judicial audience for two hours by video-conference, obtenune de haute lutte par les militants, durant laquelle the heirs of The Sackler family are condemned to hear, behind their computer screen, the testimonies of victims.

Voir ces milliardaires scruter d’un œil vide leur écran, tandis que des parents leur font écouter les hurlements de douleur de leur fils en pleine crise de manque, et depuis, glace le sang.

Leave a Reply

Your email address will not be published.