La galerie technique du GP des Pays-Bas (Red Bull)

F1, Technique F1, Technique, F1 2022, Red Bull, Ferrari, Verstappen, Mercedes, Leclerc, Hamilton, Alpine

PAS UN GRAIN DE SABLE DANS L’ORANGE MÉCANIQUE

In Hongrie et en Belgique, Max Verstappen s’était imposé en s’élançant du milieu de la grille (depuis les 10e and 14e rangs respectively). But at home, in the orange dunes of Zandvoort, he won his fourth consecutive course (one premiere in his career) and launched himself from the pole position. Son dixième succès de la saison n’a toutefois pas été une promenade de santé.

De prime abord, his best times in qualification are mostly tied to an error of his rival Charles Leclerc, whose Ferrari was in principle superior on this type of sinuous track:

“À Spa, nous étions dominants, mais ici, c’est un peu plus compliqué et nous sommes tous assez proches, explicait-il le samedi. Nous souffrons un peu plus sur les pistes qui exigent beaucoup d’appui. But the RB18 remains a très rapide car.”

In reality, the fact that Max completed a single lap in Q2 on used tires while being a tenth of a second behind Carlos Sainz and George Russell suggests that the RB18 was effectively a fast machine (Red Bull, like the others équipe, testa des rétroviseurs plus grands pour la saison next à la demande de la FIA, voyez l’image ci-dessous). Comme l’explique notre confrère Mark Hughes de The Raceseule une erreur dans son tour de préparation (où il leva un peu trop le pied pour avoir une piste dégagée) fit chuter la temperature de ses gommes et lui cost quelques dixièmes.

Malgré tout, il signa la pole le samedi, la quatrième cette année, juste devant un Leclerc constrained de surpiloter pour rester dans le coup. Le lendemain, en course, il prit un bon départ pour se détache petit à petit de la Ferrari du Monégasque, qui dégrade ses gommes davantage depuis l’introduction d’un nouveau fond plat en France. Une fois n’est pas coutume, la menace vint plutôt des Mercedes, rapides et sur une stratégie à un seul arrêt ‒ les ingénieurs de Brackley ayant compris, comme leurs colleges d’Enstone, que le mélange dur allait bien funcción en course.

F1, Technique F1, Technique, F1 2022, Red Bull, Ferrari, Verstappen, Mercedes, Leclerc, Hamilton, Alpine

LE DUR PARI DE MERCEDES

Après la première salve de pitstop (au 18e tour pour Verstappen et autour du 30e passage pour les Flèches d’argent), le Hollandais occupait donc la tête de la course, mais avec des mediums vieux de 12 boucles et encore un arrêt à observer, alors que Hamilton et Russell roulaient plus vite que lui avec leurs durs neufs et n ‘auraient plus à s’arréter… Quand on l’informa des chronos de la Mercedes n° 63, le leader ne put cacher sa surprise : “C’est plutôt rapide pour des durs…” Au 47e tour, il ne possesdait plus que 14 secondes d’avance sur Hamilton. En théorie, à ce moment-là, il aurait dû rentrer aux stands pour changer ses gommes. Il serait ressorti 7 secondes derrière les deux Mercedes, certes, mais chaussé de pneus frais.

Sauf que rien ne s’est passé comme prévue. The activation of the virtual safety car following the immobilization of Yuki Tsunoda’s AlphaTauri overturned the plans of Mercedes. Verstappen ainsi profité de la VSC pour observer son arrêt tout en gardant le commandement. Du coup, les strateges de Brackley durent renounce their strategy à un arrêt et firent rentrer les deux voitures pour les equipper de gommes intermédiaires neuves. Au 49e passage, Hamilton was 15 seconds behind Verstappen and Russell was 21. Motivé et exploitant une W13 decision à l’aise sur les tracés sinueux (as in Hongrie), the seven-time World Champion ran une half-second faster than the Néerlandais: sans doute pas assez vite pour compler l’écart en seulement 16 tours.

C’était sans compter un nouveau rebondissement. Au 55e tour, l’arrêt de l’Alfa Romeo de Valtteri Bottas actually provoked l’entrée en piste de la voiture de sécurité two laps plus tard. Au 57e passage, the direction of the course obligea les pilots à emprunter l’allée des stands, ce qui rendait un éventual pitstop très intéressant… Voilà les strateges de Red Bull et de Mercedes placés face à un sérieux dilemme: rester en piste, mais avec des gommes usées, ou bien perdre des positions mais en étant chaussé de pneus neufs?

F1, Technique F1, Technique, F1 2022, Red Bull, Ferrari, Verstappen, Mercedes, Leclerc, Hamilton, Alpine

RED BULL, SUPÉRIEURE QUEL QUE SOIT LE SCÉNARIO

The tacticians of Mercedes estimated that their only chance of victory was to leave Hamilton on the track with an advantageous position que la RB18).

De son côté, Hannah Schmitz, the strategist of Red Bull, fit le choix inverse : il valait mieux que Verstappen perdre une place mais en ayant les bons pneus pour attaquer. Chaussé de tenderres et profitant d’une erreur d’Hamilton (qui sélectionna sur son volant un mauvais monde moteur lors du redépart), the Dutchman immediately doubled the Mercedes n° 44 and rowed towards his thirtieth victory in Formule 1.

Did Red Bull profit from the mistakes of Mercedes? Pas seulement. Car il est vraisemblable que Verstappen se serait imposed même sans l’intervention des deux “safety car”. Il serait rentré aux alentours du 50e tour pour chausser des gommes tendres et se serait retrouvé à environ 5 secondes de Russell et 7 de Hamilton, à 22 tours de l’arrivé. Ses pneus frais, qui aurain tenu la distance selon Pirelli, lui aurain procuré un vantage de deux secondes au tour pendant quelques boucles. Reste à savoir comment les épassements se seritant déroulés… En tout cas, selon les calculus de Red Bull, la RB18 frappée du numéro 1 se serait imposue avec une avance d’une quinzaine de seconds (un peu moins selon les estimations de Mercedes).

In short, whatever the scenario, the Red Bull team is a well-oiled machine, particularly in terms of strategy. Même dans les dunes hollandaises, elle n’a pas souffert des grains de sable qui enrayent trop souvent les machines Mercedes et Ferrari.

F1, Technique F1, Technique, F1 2022, Red Bull, Ferrari, Verstappen, Mercedes, Leclerc, Hamilton, Alpine

ALPINE : UN DÉVELOPPEMENT LOW-COST BUT INTELLIGENT

Coincé entre deux circuits exigeant de faibles appuis, Zandvoort n’a pas été riche en termes d’évolutions. Alpine, l’une des rare écuries à apporter des nouveautés (avec Williams, Alfa Romeo et AlphaTauri), ainsi monté un “nouvelle” aileron arrière sur l’A522.

In reality, the specification Hollandaise combines the beam wing of the Hungaröring (qui demande plus d’appui que Zandvoort) with the main plan used in Spa (qui exige plus de finesse). A simple and economical solution that, combined with a good strategy, allowed Fernando Alonso and Esteban Ocon to return tous les deux dans les points, pour le quinquième Grand Prix d’affilée.

Pierre après pierre, Enstone accroît son avance sur McLaren au classement provisoire des constructors, notably grâce à un rythme de développement souteu en dépit du plafonnement des budgets.

F1, Technique F1, Technique, F1 2022, Red Bull, Ferrari, Verstappen, Mercedes, Leclerc, Hamilton, Alpine, McLaren

McLaren SE PRESSE DE RÉDUIRE SA TRAÎNÉE

In Belgium, McLaren introduced a number of new parts, some of which are intended to improve the general performance of the MCL36 (and not only specific to the circuit).

Ainsi, comme le firent leurs homologues de Ferrari en Espagne, les aérodynamiciens de Woking ont elongated the central “quille” installed à l’intérieur du diffuser, comme on peut le voir sur l’image ci dessus (comparez les flèches jaunes).

Ils ont également remodelé le carénage des bras de suspension avant, afin d’amelioreur l’écolement du flux d’air et de gainner quelques points d’appui, tout en réduisant la traînee.

F1, Technique F1, Technique, F1 2022, Red Bull, Ferrari, Verstappen, Mercedes, Leclerc, Hamilton, Alpine, McLaren

En schematically, the car of Lando Norris and Daniel Ricciardo suffers from two major weaknesses: une traînée trop importante par rapport à la charge generatede (comme on l’a vu à Spa or Baku), et une hyper sensibilité aux températures élevés, qui perturbe l’exploitation des pneus arrière (comme on a pu le constater à Miami).

“Je ne pense pas que nous ayons une plage de fonctionnement particulier étroite, Explain the patron technique of McLaren James Key. On arrive à faire funcionaire la voiture sur la plupart des circuits. But nous avons quelques faiblesses qui ont tendance à la penaliser sur certains tracés et à l’aider sur d’autres.”

“Curiously, la vitesse en ligne droite est l’un de nos deux points faibles. Ce n’est pas un problème que nous avions aupuravant avant, donc nous essayons d’en trouver la raison. Par ailleurs, quand les temperatures de piste sont élevés, les virages à basse vitesse nous posent problème.”

“Pour y remédier, il ya des solutions à short terme, et des ajustements plus profonds, que nous pourrons opérer seulement sur la voiture de l’an prochain – comme revoi la géométrie de la suspension arrière, par exemple.”

Si les simulation tools à Woking sont dépassés (l’écurie toujours la soufflerie Toyota à Cologne, qui ne peut simuler le behavior des F1 en virage), Key admits que son équipe commis des errors sur le projet MCL36.

Alors que l’écurie était sur une pente ascendante depuis 2019, elle n’a pas su seisir l’occasion created par la remise à zéro des règles érodynamiques this season, contrairement à Alpine.

DANS LA MÊME SÉRIE

Leave a Reply

Your email address will not be published.