La fin des bugs dans les video games? Microsoft veut éviter les cases Cyberpunk 2077 et Dying Light 2

News jeu La fin des bugs dans les video games? Microsoft veut éviter les cases Cyberpunk 2077 et Dying Light 2

No Man’s Sky, Fallout 76, Anthem, l’histoire récente du jeu vidéo est pleine de pages listant les œuvres sorties dans un état unsatisfaisant. Cabossées, voire fêlées, elles se font détruire un peu plus sur les réseaus sociaux à grands renforts de clips vidéo assassins postés par des acheteurs dépités. Si les rouages ​​de l’industrie du vidéo donnent parfois l’impression de s’embrayer, de nombreux garde-fous sont pourtant instaurés afin d’evitar les catastrophes industriales. Du côte des développeurs, des éditeurs et des constructors, la chasse aux bugs et aux divers problèmes est primordiale. Unlike aux idées reçues, les procédures de verification sont nombreuses. De l’alpha au patch post-release, nous revenons sur les étapes qui assurent, normally, le bon développement du développement de nos jeux.

Des bugs traqués par des professionals

La fin des bugs dans les video games?  Microsoft veut éviter les cases Cyberpunk 2077 et Dying Light 2

Avec des titres tels que Fallout 76, Anthem, Cyberpunk 2077 ou encore Dying Light 2 : Stay Human, l’histoire récente du jeu vidéo a mis sous le feu des projecteurs des projets qui auraitan mérite plus de temps – ou d’expertise – afin de sortir dans un état acceptable. S’ils font le malheur de joueurs parfois obligés d’attendre un correctif pour continuer leur partie, ils inspiren la joie des créateurs de contenu qui les exponent sur les réseaus sociaux, dans l’hilarité générale. Malgré les multiples garde-fous mis en place, l’industrie du jeu vidéo donne souvent l’impression que ses rouages ​​s’emballent. Du côte des constructors, des éditeurs et des développeurs, la chasse aux bugs et aux divers problèmes techniques est capitale. Aucun acteur ne veut être à l’origine d’une catastrophe industrielle qui se retrouvera moquée dans le monde entier à cause d’un code fêlé.

In the video game world, there are many verification procedures. En plus des milestones fréquentes, nous comptons les indéboulonnables TRC, pour “Technical Requirements Checklist“. Cette soumission obligatori dure une grosse semaine et sert à dénicher des functionnements strictly technical liés à la stabilité du produit lors d’événements particuliers allant de la pause étatrudée à la gestion des profils. Elle veille aussi à ce que les Trophées/Succès se débloquent, ou encore à ce que les texts s’affichent sans erreur dans les différences langues sélectionnables. Cette certification n’est cependant pas là pour traquer des bugs qui gâcheraient l’expérience de jeu. This task is rather entrusted to the QA testers, who, during the entire production phase of a title, have the mission of decelerating what does not work and notifying developers capable of correcting problems. rencontres en assignant lesdits bugs. Les Playtesteurs, quant à eux, ont pour objectif de faire connaître aux équipes les maladresses de game design telès que les nemis trop nombreux, les rules farfelues, les niveaux peu sibles ou encore les checkpoints mal placés.

La fin des bugs dans les video games?  Microsoft veut éviter les cases Cyberpunk 2077 et Dying Light 2La fin des bugs dans les video games?  Microsoft veut éviter les cases Cyberpunk 2077 et Dying Light 2

L’intelligence artificielle à la rescue

La fin des bugs dans les video games?  Microsoft veut éviter les cases Cyberpunk 2077 et Dying Light 2

Malgré toutes les procédures mises en place par les éditeurs, les gros jeux continuent de connaître des sorties chahutées par des problèmes technical plus ou moins importantes. Le patch day one qui n’était autrefois qu’une rustine est devenu de plus en plus inconvenient afin d’impêcher une oeuvre d’être totalement cassée à son launche. Les joueurs se sentent régulement trahis, pris pour des bêta-testeurs constraints de reporter des bugs s’ils veulent une expérience satisfaitante. Face à des softs cassés, les acheteurs s’adonnent au review bombing tout en demandant des remboursements. Une situation qui pourrait à l’avenir être évitée selon Matt Booty, le patron de Microsoft Games Studios. Interrogé à la PAX West 2022, he exposes his point of view for the upcoming years. “L’une des plus grandes différences entre un game et un film, c’est que si vous travailez sur un film et qu’on vous dit : “modifions cette fin, montons ceci, coupons cette scène”, cela ne casse normally pas le début du film. Mais dans un jeu que vous vous apprêtez à sortir, un concepteur peut vous dire “j’ai cette petite feature, je vais juste changer la couleur sur cette chose“. Et maintenant, les 10 premières minutes du jeu ne fonctionnent plus correctly.

À chaque fois que quelque chose de nouveau entre dans un jeu, le jeu entier doit être teste de long en large. Matt Booty, director of Microsoft Game Studios

La fin des bugs dans les video games?  Microsoft veut éviter les cases Cyberpunk 2077 et Dying Light 2La fin des bugs dans les video games?  Microsoft veut éviter les cases Cyberpunk 2077 et Dying Light 2

Par ces propos, le monsieurjeux” de Microsoft rappelle qu’il est facile pour un designer de casser un jeu en changeant une functionality, ou tout simplement en souhaitant correcter un autre dysfonctionnement. L’ancien VP Worldwide de Midway va ensuite plus loin. “Il se passe beaucoup de choses avec l’AI (artificial intelligence – ndlr) and le ML (Machine Learning – ndlr) at this moment” explained Matt Booty. Il continued : “ce que je dis toujours quand je croise les gens de l’IA, c’est : “help me à trouver com utiliser une IA pour tester un jeu“.

J’aimerais pouvoir lancer 10 000 instances d’un jeu dans le cloud. Il y aurait donc 10 000 copies du jeu en cours d’execution, avec une IA qui passe toute la nuit à tester le jeu et, le matin, elle envoie un rapport. Ce serait une transformation. Matt Booty, director of Microsoft Game Studios

Bien que certains joueurs aient pris les propos du responsible pour de la science-fiction, il faut reconnaire que le machine learning a fait de gros progrès ces dernières années. En outre, le 6 août 2022, Lucas Pop explain avoir utilisate des processus de tests originalaux allant dans cette direction pour son jeu Papers Please. Il se servait d’une fonction de débug pour charger une journée, tamponner des documents, tirer sur des attaquants dans le but de s’assure qu’il n’y avait aucune fuite de mémoire. “The creator added that this system was improved on the occasion of the portage on mobile devices of his famous soft thanks to a true”joueur virtuel”. Le script a ainsi pu jouer jusqu’aux 20 fins du jeu en commenzant par l’écran titre, gagner tous les jetons ou encore jouer quelques minutes au mode Endless.

The creation of this system requires at least a good month of initial work and a good dose of maintenance. C’est un temps assez long, honnêtement, mais son développement et son utilization m’ont permis de trouver et de corriger d’innumbrables bugs dans le game. Lucas Pope, creator of Papers Please, Return of the Obra Dinn

It remains now to see jusqu’où l’intelligence artificielle va pouvoir aider les studios à améliorer des jeux complexes se déroulant au sein de mondes ouverts giganticesques, et si cette évolution soulagera vraiment la charge de travail des travails QA… ou les remplacera, à terme.

La fin des bugs dans les video games?  Microsoft veut éviter les cases Cyberpunk 2077 et Dying Light 2La fin des bugs dans les video games?  Microsoft veut éviter les cases Cyberpunk 2077 et Dying Light 2

Leave a Reply

Your email address will not be published.