Kad Merad effondré : the actor cracked en evoquant le decès de son père “C’est dur” !

Even for a star, perdre un proche est difficile. C’est l’expérience que Kad Merad est en train de vivre. Son père est décédé au mois d’octobre dernier. Mais le vide que celui-ci a laissez est toujours present. Recently interviewed on 50′ inside, Society et RTL, le constat est le même: la douleur de l’humoriste est encore là. À la sortie de sa dernière comédie, il expresse ses regrets et se remémore de l’homme que son père était. Des révélations très touchantes!

Le vide que le père de Kad Merad left

The actor’s father était très fier du comédien. D’ailleurs, cela a beaucoup touché ce dernier.

Kad Merad raconte le 15 septembre dans Society, que son père discuss beaucoup avec son meilleur ami Gobelin. Au cours de ces discussions, son geniteur parlait souvent de l’acteur.

Kad Merad, dont le vrai nom est Kaddour Merad, raconte que son père n’a jamais manqué de lui envoyer ce qui le concernait.

« Il m’envoyait tout ce qui sortait sur moi, et même ce qui concernait Julia, ma femme, qui est animatrice télé, » raconte-t-il.

Maintenant, que celui-ci n’est plus là, le fils resent un grand vide à chaque fois qu’il réalise un exploit.

« Mon père, lui, unfortunately, est parti à la fin de l’été dernier. Donc je ne reçois plus rien », dit le partenaire de Julia Vignali avec beaucoup de regrets.

Un petit élan de nostalgia

Ce famouseux jeudi sur Society, Kad Merad s’est remémoré de la belle relation qu’il avait vécu avec son père. L’humoriste affirme que celui-ci aimait beaucoup ses enfants. Il reconnoitre que parfois, les rapports entre eux, étaiten aussi « très durs »puisque son papa était « souvent severe ».

However, Kad Merad s’en est toujours bien sorti grâce à son humor légendaire.

« Moi, j’étais le seul à arriver à le faire rire avant qu’il tape, ça m’a sauvé. L’humour, c’était ma défense. Je n’étais pas loin d’être son chouchou, on a passé beaucoup de temps ensemble grâce au sport, on avait un vrai lien. Il venait me voir jouer tous les dimanches au rugby », he said.

The injury of Kad Merad is still fresh

Kad Merad était de passage sur RTL dans l’émission “Focus Sunday”, ce dimanche 18 septembre. À l’approche de la date d’anniversaire de son papa, l’invité de Mohamed Bouhafsi a mentioned celui-ci dans la discussion.

Mais l’acteur dit qu’il ne se sent pas encore prêt de vraiment discuter de son paternel. Il avait du mal à en parler et avoue :

« C’est trop frais pour que je puisse évoquer mon père… C’est dur… Il est parti il ​​n’y a pas longtemps. On m’a demandé pour une émission si je voulais commenter les images des César où j’avais invitét mon père. Et j’ai dit : ‘Non, je ne veux pas voir mon père en ce moment. Je n’ai pas envie de le voir’. J’ai du mal à l’évoquer ».

Le film que son papa aurait dû voir

Le samedi 10 septembre sur 50′ inside, Kad Merad est venu parler de son dernier film Entitled “Citoyen d’honneur”. L’acteur est content de la sortie du feature-métrage. Mais cela voulait aussi dire que son père allait rater un événement de plus de sa vie.

« J’ai regretté que mon père n’ait pas vu le film, puisque’il est parti l’année dernière. C’est une douleur que je n’arrive pas à effacer », dit-il avec beaucoup d’émotions.

Kad Merad a révélé que ce dernier avait tout de même fait la rencontre du réalisateur du filmMohamed Hamidi.

« Je lui avais raconté l’histoire, il était hyper impatient », ajoute-t-il, tristement.

The comedian would have liked his father to be at his side when he exited this new comedy. According to him, son paternel aurait été « ému » de le voir à l’écran.

However, l’acteur sait que même si son papa n’a pas vu le film, celui-ci était déjà fier de son fils. D’ailleurs, ce dimanche 18 septembre sur RTL, Kad Merad explained that the film Italien, lui avait déjà beaucoup rapproché de son père. For him, c’était déjà une grande réussite.

« C’est quelqu’un qui a changé de nom, d’origine pour être mieux dans la vie. C’est l’histoire de mon père. Il s’est fait appeler Rémy toute sa vie professionnelle parce qu’il était obligé de le cacher. L’Italien nous avait déjà beaucoup rapprochés. Il avait déjà été très fier, » confi-t-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published.