faut-il croire à la voiture électrique à hydrogene?

Fin septembre, Hopium, nouveau constructeur d’automobiles, a fait connaître son intention de s’implanter en Normandie afin d’y construire des véhicules à hydrogen. Directed by the former winner of the 24 Heures du Mans, Olivier Lombard, the marque a de grandes ambitions, à l’image de son giga-stand au Mondial de l’automobile. Elle compte installer d’ici à quelques mois une de ligne de la producción lui de fabricer approx. 20,000 vehicles per year. Mais, de là à imagine que les cars à hydrogene – ou H2 – vont entre dans le domaine de la grande série, il ya un grand pas… Sur les données d’immatriculation en France delivered by NGC Data, il n’existe pas encore de columne dédiée à l’hydrogen lorsque l’on s’intères aux énergies employées par les véhicules neufs. Thus, the H2 models are classified in the “other” category. They represent 89 registrations in the first 7 months of this year: 0.01% of new car sales. Il ya toutefois un autre chiffre à observer. These 89 matriculations represent an increase of 1,012.5% ​​over an year!

A lire aussi : NamX, cet autre français qui croit à l’hydrogen

Mais c’est lentement que le carburant hydrogen trouvera sa place parmi les énergies pour la voiture: “On s’attache d’abord à réponder aux usages professionnels, note Véronique Bouillon-Delporte, première vice-présidente de l’association France Hydrogène. A chaque fois qu’il ya utilization intensive du vehicle ou transport de charges lourdes, l’hydrogen est pertinent.” According to the interest, 450 automobiles à hydrogen would be aujourd’hui in circulation in France. La flotte de taxis parisiens Hype, made up of less than 200 vehicles and active since 2015, represents a good part: “We have validated the functional performance of the vehicles”, observes Mathieu Gardies, president and founder of Hype, who has put the Hyundai Nexo and the Toyota Mirai on the road. D’après lui, avec l’hydrogen, “on gomme les problèmes d’autonomie et de disponibilité de la recharge. C’est un produit qui permet aux users de ne pas sortir de leurs habitudes”.

A lire aussi : L’Europe valide un grand plan pour l’hydrogen, et Renault est concernét

L’offre se reinforce

The Nexo is one of the rarest production cars operating with a fuel cell.
The Nexo is one of the rarest production cars operating with a fuel cell.© hyundai

Stellantis a saisi l’enjeu et propose depuis décembre dernier ses utilitaires Peugeot Expert, Citroën Jumpy et Opel Vivaro en version “e-hydrogen”. Ces fourgons sont électrique, à ceci près quil est possible de les revitailler either en les branchant, soit en faisant le plein de H2 qui alimentaire la pile à combustible. Renault, via its co-entreprise Hyvia, has also unveiled a utilitaire Master promising 500 km of autonomy in the Van version. L’offre se renforce donc et, de ce fait, France Hydrogène et les pouvoirs publics doivent bientôt divulgur un schema visant à mailler le territoire français en stations à hydrogene : “La bonne nouvelle, c’est que les professionnels n’ont pas besoin d’une infrastructure aussi dense que celle pour les particuliers”, explains again the vice-president of France Hydrogène. Ce premier acte servira aussi de premier jalon pour le grand public. À l’heure actuelle, seule 37 stations permettent aux véhicules à hydrogen de se ravitailler.

A lire aussi : les limites de l’hydrogen

La question du prix

Reste deux éléments de poids. The “clean” side of the H2 used and the technology cost. “Le vrai sujet, aujourd’hui,” points out Mathieu Gardies, ce n’est pas la technique. C’est de faire baisser les prix.” Outre les utilitaires Stellantis, les Toyota et Hyundai à hydrogene disponible en France show prices exceeding 70,000 € per unit.. Lancer le véhicule à hydrogene aupres du grand public necessitare sans doute encore plus de bonus de la part de l’État. Certain collectivities locales, telle la région Auvergne-Rhône-Alpes, par exemple, proposent déjà des subventions. La région est ainsi prête à prendre en charge le surcoût engendré par l’achat d’un véhicule à hydrogene par rapport à un diesel equivalent. The offer is limited (1 000 eligible vehicles) and it will not be enough to democratize these cars that do not reject water. The general public should not be able to enjoy hydrogen cars “before 2026 or 2027”, selon Véronique Bouillon-Delporte. Et encore, il ne s’agira que d’une poignée d’entre eux.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *