Face à une énergie trop chère, des entreprises stop producing

Les prochains mois s’annoncent difficiles chez Aluminum Dunkerque. The largest primary aluminum smelter in the European Union and the premier French industrial site in terms of electricity consumption (4 TWh) could reduce production by 20%, due to the increase in prices énergie. En fin d’année dernière, elle avait été abaissée de 15 %. « In September 2021, our electricity bill was 17 million euros. This month, it should exceed 45 million, soit la moitie de nos costos de production », explain his president, Guillaume de Goÿs.

Certes, l’entreprise benefits du dispositif Arenh, l’électricité nucléaire cédée à prix costant par EDF, qui représente 75% de sa forniture d’électricité, mais cela ne suffit plus. Comme beaucoup d’autres industriels, le patron d’Aluminium Dunkerque devrait acheter le complément nécessaire sur le marché de gros. Or, pour une livraison au premier trimestre 2023, le mégawattheure (MWh) vaut actuellement 1 150 €, contre à 70 à 80 € en 2019.

« Nous ne pouvos pas répercuter nos costs sur nos clients, sinon ils vont aller voir ailleurs, points out Guillaume de Goÿs. Les importations d’aluminium primaire se sont d’ailleurs déjà fortement accrued, d’Islande, de Norvège ou du Moyen-Orient. On en voit même arriver d’Inde, d’Indonesia et d’Australie, avec un mauvais bilan carbone. » En clair, less production in Europe, more pollution à l’échelle de la planete.

Passer au fioul pour to save le gaz

C’est aussi ce qui est à craindre après l’annonce d’ArcelorMittal, vendredi 2 septembre, d’arrêter deux de ses hauts-furneaux, à Brême (Allemagne) et à Gijon (Espagne). “The costs of gas and electricity weigh heavily on our competitiveness”, assure the group. In France, la production d’acier a déjà été strongly slowed down. « Dans les engrais, 70 % des capacités de production sont à l’arrêt. Et les importations augmentent, nomentally des États Unis et du Maghreb », assure de son côté Magali Smets, general director of the federation France Chimie.

Les verriers are also in great difficulty. Duralex, installed in the Loiret, will put its four employees on standby for at least four months from November and 250 employees will be placed on temporary unemployment. “Limiter notre consommation d’énergie nous permet de preserve l’activité et l’emploi”, assure le président de Duralex, José-Luis Llacuna.

The same scenario is dessine à la cristallerie d’Arques (Pas-de-Calais), where the first drastic measures are taken. « Nous avons décidé de mettre l’entreprise en mode hivernage », explique son directeur de la communication, Guillaume Rabel-Suquet. Déjà, les salariés travailant dans les fonctions support, soit 1 600 personnes sur 4 600, ont été mis en chômage partiel deux jours par semaine, depuis le 1er septembre et jusqu’en décembre. “Mais pour la production, il est probable que nous ayons aussi resort à une activité partial durant l’hiver”, prévient Guillaume Rabel-Suquet.

Le verrier a vu sa facture de gaz passer de 19 million d’euros l’an dernier à 75 million cette année et se dit constraint de reagir au plus vite. Sur certains fours, la maintenance va être avancée pour être effective cet hiver, afin d’écontrar l’énergie. Dans le même temps, d’autres fours vont être convertis au fioul pour limiter les achats de gas.

Des PME ne trouvent plus de providers d’électricité

Aucun sector n’est aujourd’hui épargné par la violence de ce choc énergétique. “Nous n’excluons pas d’arrêter l’exploitation de certaines carrières, voire de décaler l’activité la nuit quand l’électricité est moins chère”, affirme Xavier Breffeil, responsable des aches adjoint chez Basaltes, un des groupes indépendant français de granulats.

Pour beaucoup de PME, outre le prix, le problème est aussi de trouver de l’électricité pour l’an prochain. « Beaucoup de providers se retirent du marché, car ils ont eux-mêmes du mal à s’approvisionner. Ils ne veulent pas de nouveaux clients et craignent de ne pas être payés », explains Charlie Évrard, le directeur de Mon courtier énergie.

« Si rien n’est fait, la situation sera dramaticique », affirme Frank Roubanovitch, le president du Cleee, une association de grands consommateurs industriels et tertiaires de gaz et d’électricité. The director general of France Chimie, Magali Smets, réclame de l’État un soutien exceptionale, à l’image de ce qui a été fait pour les particuliers.

————-

Les soutiens de l’État

The companies affected by the consequences of the war in Ukraine – in particular the increase in energy prices – can benefit from the partial activity mechanism, which allows the state to charge a part of the remuneration des salariés en arrêt.

The government has also released an envelope of 3 billion euros to support companies most exposed to the energy crisis. Mais le dispositif, trop complexe, a découragé les demandes et 500,000 € seulement ont été attributos. The minister of the economy, Bruno Le Maire, promised to simplify the dispositif.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.