Dan Lin aurait finalemente refusé l’offre de Warner Bros. Discovery pour le poste de patron de DC Films

Le calvaire continues. Si la situation tendue du groupe Warner Bros. Discovery semble se stabiliser en ce début de mois – face au vent d’impopularité qui s’abat depuis les premières directives (farfelues) ordonnées par les nouveaux patrons du conglomérat – tout n’a pas encore été régulé. Le public aura à peu près compris : Batgirl ne va pas sortir, les projets importantes de séries télé’ de DC Films will be maintained Batman: The Caped Crusader finira sans doute sur Apple TV+ ou Netflixet al Matt Reevesintronisé comme le néo-Nolan que ses parents rêvaient sans doute en secret qu’il devienne un jour, est protégé. En somme, la période des têtes tranchées semble derrière nous.

Problem: le navire flotte, mais sans captainine

Il ya quelques mois David Zaslavprésident directeur général du groupe WBDarchitecte de la fusion et grand ordonnateur des licencements qui ont frappé l’organigramme interne de WarnerMedia tout au long de cette année, explicait que la sous-société DC Entertainment/DC Films allait bientôt fonctionner avec davantage d’autonomie.

Cette partie de l’activité du groupe Warner Bros. va se séparer progressivelyment des paliers de validation traditionnels – jusqu’ici, les projets de films étaiten encore chapeautés par Warner Bros. Pictures (qui gérait et administrait l’ensemble de l’activité cinéma jusqu’ici), les jeux vidéos par Warner Bros. Games (idem, pour le sector ludique), etc. En résumé, une sorte de copie carbone du modèle de Marvel Studios. Kevin Feigepresident of the ensemble of the structure Marvel au sens large, fonctionne en effet comme un lieutenant placé directement sous les ordres patron du groupe Disney (Bob Iger puis Bob Chapek), sans intermédiaires – la réusissement de cette façon de procédé aura déjà inspiré multiple copies au sein même de l’appareil creatif Disney. Zaslav compte donc séparer DC du reste des productions WBD dans tous les domaines d’activité (jeu vidéo, cinéma, séries, etc) pour aider la marque, selon lui, à déployer son plein potential.

Problem, l’identité de ce contre-Kevin Feige peine pour le moment à se dessiner kleinet. Après avoir considered several options, Warner Bros. Discovery aurait approché récently le producteur Dan Lin sur le conseil d’Alan Horn. Avant d’accumuler une certaine expérience dans le Hollywood moderne, ce gestionnaire respected au sein de la profession, et connu pour avoir planché sur multipleis franchises à success à échelles variable (The LEGO Movie, It, Sherlock Holmes) était, au départ, l’un des protégés de Horn à l’époque où celui-ci occupait ses fonctions de president des studios Warner Bros.. A profile that seemed to be all adapted, selon les rédactions américaines spécialisés dans l’étude du cinéma d’Hollywood, qui vantaient le talent de gestionnaire de Linsa capacité à repérer les young talents ou à produire des oeuvres de toutes tailles, blockbusters à millions, bien drames à budget restreint, etc.

Unfortunately pour WBD, le bonhomme aurait décidé de passer son tour. C’est en tout cas ce que rapporte le site CNBCqui évoque la difficulty que représentait l’acquisition de la société de production de Dan Lin (Rideback Studios) par Warner Bros.. Le producer n’était apparently pas prêt à abandonner ce studio qu’il avait fondé il ya quatorze ans, et par lequel transitaient différences investissements dans plusieurs franchises lucrative. Ou pas sans une compensation importante, voire un rachat de Rideback par WBD qui permezzarit à Lin de pouvoir officier à deux endroits à la fois. Ce détail précis aurait suffi à bloqueur pour de bon les negociations.

A la discharge de David Zaslavles caisses de Warner Bros. Discovery sont notoriously vides depuis la fin du processus de fusion (ce qui aura conduit entre autres au report de deux importantes à l’année prochaine, pour étaler le budget necessaire aux campagnes de promo’). On se demande comment le groupe parviendra à attracter un gros nom pour diriger DC Films en refusant de mettre la fin à la poche – on n’arrête pas de le dire, mais “je te paye en exposition” c’est toujours pas la bonne tactice d’embauche.

Leave a Reply

Your email address will not be published.