Cotentin. Gratuit, le festival MusiKenSaire revient pendant 4 jours sur un site d’exception

From left to right, Eric Buhot, President of MusiKenSaire and Michel Mauger, Mayor of Barfleur.
From left to right, Éric Buhot, president of MusiKenSaire and Michel Mauger, mayor of Barfleur. (© La Presse de la Manche)

With one opening ce 25 août 2022les bénévoles de l’association MusiKenSaire vont bientôt saffairer sur le merveilleux site du Crako, avec en toile de fond, le port de Barfleur (Manche). A privileged site, devenu le théâtre d’un festival de référence avec une signature qui lui donne une visibility de plus en plus large et qui, au fil de ses éditions, devient l’un des événements musicalaux majeurs de la région Normandy.

Le festival grandit, trouve son publicse professionnalise, tout en gardant son âme et son charme.

Le site idyllic du Crako est certainly le plus beau spot de festival en plein air de Normandie. Côté programmation, indubitably, elle s’étoffe, monte en qualité avec une logistique qui est à la hauteur des grands évènements.

“Le Festival MusiKenSaire reinforces its identity and its notoriety and attaches itself to keeping a human tail, its ambiance warm, conviviale and familial.” »

Éric BuhotPresident of the association MusiKenSaire

Festival independant et gratuit

Le Festival MusiKenSaire is carried by dozens of volunteers, generous and passionate. Une famille heteroclite qui rassemble toutes les générations avec, chevillée au corps, l’envie de partager autour de la musique. MusiKenSaire, c’est aussi un grand rendez-vous festifde grande qualité et gratuit. Le rendez-vous inescapable attendue et plébiscité qui signe la fin d’été.

« The Festival has the ambition to reveal to a very diverse public the wealth and quality of the Norman musical scene, and to offer Normand groups, professionals for the most part, une visibility of great quality. »

Éric Buhot

Il est vrai que chaque année, avec un plateau d’une vingtaine de groupes de Normandie qui sont programmés sur les scènes du festival, le plateau de MKS est toujours un spectacle.

Plusieurs défis sont relevés

Talents confirmed ou émergentsdans diverse genres and styless’enchaînent tout au long de ces 4 days dedicated to music. Au total, 4 scènes sont montées pour les accueillier avec la grande scène du Crako, la petite scène sous le chapiteau de cirque, la scène du jardin du Mora dedicated to groups du Cotentin et la Halle 901 de Saint-Pierre-Église qui met à l’honneur des artistes du Val de Saire.

La formule de cette 9e The edition takes place over 4 days, starting on Thursday 25 August Saint-Pierre-Église la soirée d’ouverture, suivie les vendredi et samedi de 2 grandes soirées-concerts à Barfleur et enfin le dimanche après midi, toujours à Barfleur, le défi folk World trad, en partenariat avec les Traversées Tatihou et le concert jeune public.

Vidéos : en ce moment sur Actu

« The objective is to improve again the quality of the reception and the comfort both of the artists and of the public, and to raise the level of artistic quality, still 100% Norman. Eclecticism and discovery are still de rigueur. Cette année, il faut noter l’ouverture vers le métal, avec le mythique groupe caennais Headcharger. Beaucoup de projets féminins sont également à l’affiche, nous y sommes très attentifs. »

Eric Buhot

L’écoresponsabilité It is also on the menu. Avec un festival implanté sur un site naturel sensible et remarkableen bord de mer, MKS vise la Suppression des déchets plastiques au travers la signature de la charter Drastic on plastic, le tri sélectif, des toilettes sèches, la récupération des eaux usées, l’aménagement en matériel de récupération, des achats en circuits courts et l’incitation aux déplacements raisonnés.

De notre correspondante Nathalie BONNEMAINS

Cet article vous a été utile? Sachez que vous pouvez suivre La Presse de la Manche dans l’espace Mon Actu. En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

window._nli=window._nli||[],window._nli.push(["brand","BNLI-1380"]),function(){var n,e,i=window._nli||(window._nli=[]);i.loaded||((n=document.createElement("script")).defer=!0,n.src="https://l.actu.fr/sdk.js",(e=document.getElementsByTagName("script")[0]).parentNode.insertBefore(n,e),i.loaded=!0)}();

!function(f,b,e,v,n,t,s) {if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod? n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)}; if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version='2.0'; n.queue=[];t=b.createElement(e);t.defer=!0; t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0]; s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,'script', 'https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js'); fbq('init', '183114723670867'); fbq('track', 'PageView');

Leave a Reply

Your email address will not be published.