Castres. Chez les Céglia, la musique devient une “affaire” de famille

l’essentiel
At 62 years old, Orlando Céglia, DJ, musician, régisseur, producer et commerçant castrais, spécialisé en éclairage et sonorisation, prepares the future of his company that he will pass on to his son Paolo.

Ne lui parlez surtout pas de retreat. À 62 ans, Orlando Ceglia, ce Castrais aux multiples casquettes, reste un hyperactif. Mais cela n’empêche pas ce commerçant, à la tête du magasin de vente et locations de materiel de sonisation et d’éclairage Juke Box à Castres, également DJ, musicien régisseur et prodeur de beginner à preparer l’avenir de son entreprise qu’ il a créét il ya 33 ans et su développer pour être aujourd’hui connue, recognized et réputée pour son savoir-faire. C’est pour cela qu’il vient de recruiter son Paulo, 20 ans, à qui il transmet son expérience pour que la société reste dans la famille.

Une transmission qui pourrait paraître naturelle mais qui n’était pas couru d’avance. “Je ne voulais pas imposer quoi que ce soit à Paulo et surtout pas le rythme de ce travail où l’on n’est jamais à la maison, on n’a pas de week-ends, peu de vacances. It’s hard physiquement”, explains Orlando qui depuis des decennials sillonne la région, la France entiere et even les quatre coins du monde pour mixer et animer lors de soirées ou mettre en place toute la partie technique d’événementiels en tout genre. Alors le papa a laissé le fiston faire son propre parcours et ses preuves. To the point that Paolo was persuaded that his father did not want to be with him.

“J’aimerais qu’il soit meilleur que moi”

Avec son bac scientifique en poche, Paolo s’est essayed à la fac de droit. “Cela ne m’a pas branché”, sourit celui qui a commencion en suite un BTS d’opticien-lunetier en alternance à Toulouse. “I wanted to work. Et cela se passait bien quand j’étais dans la boutique. Mais pas en cours, explique ce passionné de musique depuis tout petit. Dès mes 4 ans, je venais dans le magasin de papa et il mapprenait à mixer.” Paolo aussi fait le conservatoire et joue du saxophone et du piano. Et il ne s’épanuit que quand il fait de la musique et compose dans son dressing aménagement en studio. “Je respire musique, je mange musique, c’est une obsession”, he said. Les chiens ne font pas des chats. Paolo marchait donc sur les traces de son père qui s’est bien rendu compte qu’il n’était pas heureux dans ses études. “Je ne suis pas immortel, un jour ou l’autre il faudra que je passe la main et j’avais envisagement plusieurs projets. Mais Paolo a sauté de joie quand je lui ai proposé. Et je pense qu’il est prêt”, confie Orlando. “Quand j’ai reçu son coup de fil, j’ai tout de suite arrêté mon BTS”, raconte Paolo enthousiast. Mais ce n’est pas pour autant qu’il arrive “les mains dans les poches”. Il suit une formation professionnelle de manager d’unité marchande pour avoir “un petit bagage” et des notions de gestion, comptabilité et marketing. Et c’est en tant qu’apprenti en alternance que Paolo gère le comptoir du magasin et suit son père sur les soirées pour se former “petit à petit”, notably à tout ce qui est technique. “On joue et on mixe ensemble de temps en temps. J’aimerais qu’il soit meilleur que moi quand je vais lui laisser les clés”, explained Orlando. Et il n’y a aucun conflit de générations. “On s’entend mieux au travail qu’à la maison, rigole Paolo. C’est mon patron mais c’est aussi mon père alors c’est plus facile de discuter”. C’est donc une affaire qui roule. “J’aurais été malheureux de vendre mon entreprise au premier venu”, lâche Orlando qui ne cache pas sa fierté de travailler avec son fils. “Il le dit à tout le monde. Cela me touche car cela me tient à cœur que l’entreprise reste dans la famille et qu’il n’ait pas fait tout ça pour rien, affirme Paolo qui sait qu’il a encore beaucoup à apprendre. Quand il partira, je l’appellerais encore pour qu’il m’aide”.

Père et fils ont plein de projets

Orlando s’est fait une réputation au-delà des frontières de l’hexagone. Le DJ a notably mixé à Dubaï. Et il va y retourner mais avec son fils cette fois. Les deux projettent aussi des “petites tournées en Italie”, pays d’origine du Castrais. Ils comptent aussi produire leurs propres créations musicales électro-house. Mais aussi “redynamiser” le magasin avec des soirées portes ouvertes animées réguellemente. Finally, Orlando a toujours pour projet de créer une école d’animation. Le renfort de son fils devrait lui permettre d’avoir davantage de temps pour le faire aboutir.

Leave a Reply

Your email address will not be published.