au salon du bien-être, santé rime avec magie

Un stand de pierres guérisseuses, au salon du bien-être bio et des thérapies, à Villefranche-sur-Saône (Rhône), qui s'est tenu du 16 au 18 septembre 2022.

Une visiteuse semble s’abandonner à son vis-à-vis healisseur : les mains dans les siennes, les yeux profoundly clos, elle se laisse guider vers on ne sait quelle vérité intérieure, tandis que d’un œil distrait, lui regarde le va -et-vient des chalands. Une femme en pleine introspection, un exposant en pleine prospection : the scene offers a good summary of the premier salon du bien-être bio et des thérapies, qui s’est tenu du 16 au 18 septembre, à Villefranche-sur-Saône (Rhône) , near Lyon.

Lire aussi l’enquête : Article reserved for our subscribers Le sens des affaires de certains chantres des médecines alternative et des discours antivax

Des vendeurs d’eau originale purificatrice, des maîtres de reïki (un art énergétique japonais), des cueilleuses-herbalistes, des hypnothérapeutes, un stand de hanvre, un shaman bourguignon, des bracelets artisanaux magiques et even un “omnicuiseur vitality” à 900 euros le premier prix, payable en vingt fois : on trouve de tout, à part de la médecine scientifique, dans le parc d’exposition caladois. “Since 2018-2019, there has been a wave of resurgence of marginal beliefs, a wave that has been amplified by the confinements and the current anxious context”, explique Romy Sauvayre, sociologist des croyances au CNRS. « La clientèle change, elle s’est beaucoup rajeunie. On voit beaucoup de nouveaux visages »confirmed Patrice Marty, organizer of the salon.

A peine l’entrée franchie, le vrombissement de la zone d’activité commerciale s’évanouit dans les odeurs d’encens et les cantates bouddhistes, au milieu des decors en peaux de bêtes et des grands posters new age. Les étals de pierres guérisseuses – lithothérapie, de son nom pseudo-savant – sont les plus cours par les quelque 4,500 visiteurs, surtout des femmes. Agate ambrée, cyanite bleue, tourmaline… A chacune ses promesses reassuring, comme la purification du corps, l’expression des non-dits ou encore l’atténuation du stress. Au mur, une affichette récurrente : « The consumer does not have the right to withdraw from any purchase made on this stand. »

Pseudo-médecines mais vrais remontants

Claudine, une préretraitée, vient d’en acquirer un collier. « Je dois me faire opérer du canal carpien, et dès que je l’ai tenu dans la main, je me suis sentie mieux. The seller told me that I didn’t need the operation., relate-t-elle, émerveillée. Comme nombre des médecines alternative présentes à Villefranche, la lithothérapie n’a aucune efficacité médicamente recognized, mais l’autopersuasion a ses pouvoirs que la science ignore.

Dans les allées, tous défendent l’intérêt des médecines alternative. “En Suisse, par exemple, tout le monde va voir des hypnotiseurs”, assure Sandra, assistante maternelle renconte devant un stand de lecture de son « aura » cosmique. Au salon du bien-être, on vient chercher ce que la médecine traditionnelle n’offre pas. Une alternative naturelle aux médicaments, d’abord. « A force d’en prendre, ça ne fait plus effet »soupire Laura, assistante commerciale qui souffre d’anxiété.

Un discours reassuring, aussi. Sur un kakemono, des promesses de paix intérieure : « ancrage – centerage – lâcher prise. Immediate benefits ». « Ça nous fait vraiment du bien. On voit le monde de manière moins negative, on a plus d’optimisme »resplendit Julie, coiffeuse de formation qui travaille à l’usine.

Enfin, les visitors cherchent du sens. “La médecine traditionnelle ne prend que le corps en compte.” Les médecines permettent d’appréhender la maladie dans son ensemble, avec son message », estime Virginie, une éducatrice spécialisée versée aussi bien dans la lithothérapie que la médiumnité.

Complotisme

Quand la science est convoquée, c’est pour citer le controversé Christian Perronne, denouncer les intérêts financiers de l’industrie du médicament, ou ironiser sur un article frauduleux publié dans le prestigiouseux journal scientifique Lanceten mai 2020.

Read also Article reserved for our subscribers Hydroxychloroquine: “The Lancet” warned against a study published in its columns

Les chuchoteries antivax sont monnaie courante. “Les vaccinés, il faut les aider”, estime Jean-Paul Lafrancesca, magnétiseur-rebouteux-radiesthésiste (il soigne grâce à un pendule). Dans son “cabinet”, il assure voir plein de zonas chez des “injected”. Le complotisme often exceeds homeopathic doses. A l’entrée du salon, Pierre, entrepreneur reconverti dans l’ésotérisme, propose une initiation au « shamanisme matriciel », consistent, pour 180 euros les trois jours, à « sortir de la matrix du coronacircus, created de toutes pièces par l’Etat profond ».

La rationalité disparaît parfois totalemente sous de l’ésotérisme new age. “Le vaccin, c’est de la cochonnerie, les mediums me l’ont dit”, s’emballe Joëlle, une autre assistante maternelle. Elle ne consulte que des voyants « in direct contact with the Source » – sorte de canal de vérité divine.

Reconversions et dérives

Pour certains, cette spirituality est become une voie de reconversion professionnelle. Claudine a découvert son don de coupeuse de feu il ya trois ans. Au début, elle ne le faisait pas payer. « Mais depuis j’ai eu un message de l’au-delà me disant que ça ne pouvati pas être gratuit. C’est quand même un cadeau de l’universe. » Reflet de cette demande, de nombreux stands offrent des formations, souvent express, en géomancie, en hypnose ou encore en chamanisme. “On est dans du commerce non réglementé, avec des dangers dont les visiteurs n’ont pas conscience”déplore Pascale Duval, porte-parole de l’Union nationale des associations de défense des familles et de l’individu victimes de sectes.

Nul pourtant n’ignore la présence de charlatans, mais tous jurent savoir les détectres thanks to their intuition. Il existe, par ailleurs, des visiteuses plus sceptiques, comme Magalie, enseignante, qui accompagne son amie Virginie. « Je m’interesse aux pierres, je fais du yoga, mais ça reste terre à terre, minore-t-elle. Des trucs comme les “flammes twinelles” [sorte d’âme sœur astrale], ça paraît irreel, ça me fait sourire. » A ses côtes, Virginie, sourire crispé : « Moi, j’y crois ». La cohabitation de ces croyances n’est pas anodyne. « Chacune de ces propositions est un appel d’offres, alert Pascale Duval. C’est un premier pas vers l’irrationnel, avec, tout en haut, le risque de tomber dans de la dérive sectaire. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.