Amnesty International demande à la FIFA d’indemniser les ouvriers

The Lusail stadium in Doha, inaugurated on September 9, will host the opening match and the finale of the World Cup.

Two months after the opening of the World Football Championship in Qatar (from November 20 to December 18), Amnesty International did not release its mark on FIFA. In a survey conducted in 15 countries (in Europe, in the United States, in Mexico, in Argentina, in Morocco and in Kenya) for the account of the non-governmental organization (ONG) and published on Thursday, September 15, a clear majority of The people questioned (73%) are in favor of the creation of an indemnification fund by the Fédération Internationale de Football. « des travailleurs et travailleuses qui ont suffered lors de la préparation du tournoi ». Une proportion qui monte à 84 % chez les personnes sondées affirmant qu’elles regarderont au moins un match de la compétition.

Read also: Article reserved for our subscribers World Cup 2022 in Qatar: Amnesty International points out the “responsibility” of FIFA in the “atteintes” of human rights

« Les résultats de ce pollage sont un message clair adressé aux dirigeant·e·s du football (…) La FIFA a encore le temps de faire ce qu’il fauta commenté dans un communiqué Steve Cockburn, responsable du program sociale et économique chez Amnesty. Les fans ne veulent pas d’une Coupe du monde entachée (…) par des violations des droits humanas. »

The rich gas emirate is regularly denounced by NGOs for the treatment reserved for hundreds of thousands of workers from Asia, notably on the large construction sites linked to the World Cup. Quelque 6,500 ouvriers originaires d’Inde, du Pakistan, du Népal, du Bangladesh et du Sri Lanka are dead during the construction of stadiums, routes and hotels, etc., according to a survey by the quotidien britannique Guardian Published in February 2021.

Read also Article reserved for our subscribers Au Qatar, le processus de réforme des conditions de travail des migrants menaced d’enlisement

Doha et l’instance dirigeante du foot mondial insistant, de leur côté, sur les progrès réalisés. Dans un communiqué transmis à l’Agence France-Presse, la FIFA « prend note » de ce sondage et insiste sur « les mesures mises en place ces dernières années par [elle] et ses partners au Qatar pour protéger les ouvriers ». “Les travailleurs ont été indemnisés sous diverses formes lorsque les entreprises n’ont pas respecté les norms de bien-être” du comité suprême d’organisation du Mondial 2022, assure l’instance dirigeante du foot mondial.

Dans une interview à l’hebdomadaire Le Point publiée mercredi soir, l’émir du Qatar a reconnu avoir “Unproblem avec le travail sur les chantiers” et assure avoir pris «des mesures fortes en un temps record». « Nous avons modifié la loi et nous punishons quiconque maltraite un employé; nous avons ouvert nos portes aux ONG et nous coopérons avec elles. Nous en sommes fiers »soutient sheikh Tamim Ben Hamad Al Thani.

De plus en plus de voix s’élèvent

The poll for Amnesty International gives a new echo to the appeal launched in May by a coalition of organizations for the defense of human rights, fan associations and unions – the #PayUpFIFA campaign – to appeal to the FIFA de poure au moins 440 million de dollars (à peu près la même somme en euros) aux ouvriers qui ont œuvré sur les différences chantiers du Mondial. According to this same coalition, FIFA could raise up to 6 billion dollars in revenue with the competition.

Des ouvriers sur un chantier de construction, en mai 2022, à Doha.

Conducted on more than 17,000 adults, the opinion poll published on Thursday shows that more than two tiers of respondents (73% in France) wish that the national football federations « s’experiment publiquement sur les affairs relative aux droits humanas » dans le cadre du Mondial 2022. Jusqu’à présent, la Fédération française de football (FFF) s’est toujours refusée à se pronouncer sur ce dossier très polemique. Noël Le Graet, le président de la « 3F », s’était dit « très content qu’on vienne jouer au Qatar » lors du tirage au sort du tournoi, le 1er April à Doha.

These last few weeks, many voices were raised against the organization of the World Cup in Qatar. In France, après l’acteur Vincent Lindonl’ancien footballeur Eric Cantona declared, mercredi 14 septembre, dans un message publié sur les réseaus sociauxqu’il ne regarderait aucun match du tournoi, préférant à la place se “Redo all episodes of Colombo”. La veille, le journal Le Quotidien de la Réunion decide « au nom de ses valeurs »de boycott la competition, et deveinat le premier média français à prendre ainsi position.

A l’étranger aussi la mobilisation ne semble pas faiblir. La Fédération norvégienne de football avait organized in juin 2021 a debate on a possible boycott – finally écarté par un vote en interne – du tournoi au Qatar. La présidente de la Fédération norvégienne ne s’était d’ailleurs pas fait prier pour rappeler, quelques mois plus tard, lors d’un congrès de la FIFA, les entorses de l’émirat en matière de droits humanas.

Read also Article reserved for our subscribers “Le Mondial 2022 au Qatar, c’est un petit peu de sport, énormément d’argent, et des violations massive des droits humanas”

Et le mois dernier, c’est le président du committee d’organisation de l’Euro 2024 en Allemagne, l’ancien joueur de la Mannschaft Philipp Lahm, qui a announcement en août qu’il ne se rendrait pas dans l’émirat, arguant que « les droits de l’homme [devaient] jouer un plus grand rôle dans l’attribution d’un tournoi ».

Amnesty International, elle, n’appelle pas au boycott du Mondial 2022. Mais l’ONG a publié, le 12 septembre, par l’intermediate de son antenne française, un documentaire, The Exploits of Qatarqui denounce “Les conditions de travail et de vies indignes” des travailleurs migrants sur les différences chantiers de la Coupe du monde.

Le Monde with AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.